Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

hommage à Nicole Boucheton, décédée en Suisse selon son choix.

Hommage à Nicole.

J'ai travaillé 4 ans avec elle comme administratrice admd.

Toujours souriante et agréable.

Mes condoléances à sa famille.

Lettre posthume de Nicole Boucheton, vice-présidente de l'ADMD.

"Je suis atteinte d’un cancer du rectum. Lors du diagnostic, le seul traitement curatif était chimio, tomo-thérapie puis chirurgie : colostomie. J’ai refusé la chirurgie car trop mutilante : l’anus artificiel qui me condamnait à une vie dans des conditions que je juge, pour moi-même, dégradées et inacceptables, limitant considérablement mes activités, activités qui font ma vie.

J’ai accepté les traitements de chimio et tomothérapie. J’ai obtenu un répit de 5 mois. Puis ce fut la récidive. Risquant une occlusion intestinale d’un moment à l’autre, les médecins ne m’ont donné qu’un seul choix, l’hospitalisation pour y pratiquer des soins de confort.

Vous avez dit LIBERTÉ ?

Alors j’ai pris contact avec une association suisse afin d’y pouvoir faire un autre choix, celui d’un départ rapide puisque ma seule issue était la mort.

Cela demande beaucoup d’argent : la prise en charge elle-même, le voyage, l’hébergement sur place lorsque l’on vient de loin. Ajoutez à ceci le fait d’être encore capable physiquement de se déplacer.

Vous avez dit ÉGALITÉ ?

Lorsque je demandais aux médecins si je pouvais compter sur une espérance de vie d’un mois et demi, le temps moyen pour régler les problèmes administratifs auprès de l’association, ils m’ont répondu « Je ne peux pas vous dire… ça dépend… » . Manque de sincérité, de franchise, de courage.

Vous avez dit FRATERNITÉ ?

C’est en Suisse que j’ai rencontré ces trois valeurs qui sont pourtant celles de la République française. Merci à ce pays juste et compassionnel. Et bien sûr, la solidarité je l’ai rencontré auprès de mes amis de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité qui ont tout fait pour faciliter mes démarches.

L’engagement 21 du président Hollande, non tenu, qui s’enlise dans sa mise en place de missions et rapports successifs verra-t-il le jour ? J’aurais aimé en profiter et ne pas avoir à m’exiler en Suisse. J’en veux à ce président en qui j’avais fait confiance en lui donnant ma voix. Mais je sais que mes amis militants et les 92% de français favorables à une loi de liberté qui permet à chacun de choisir sa fin de vie ne baisseront pas les bras et que la victoire est proche."

Nicole Boucheton

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cymone Colopathe 14/08/2014 06:52

Bonjour
Je ne connais pas Nicole Bouchon !
Si j’ai ouvert votre message c’est parce que j’ai aperçu les mots «Je suis atteinte d’un cancer du rectum ». Et bien sûr, chez moi ça a fait « tilt ». Après avoir eu 20 années de colopathie-fonctionnelle, je pense avoir échappé au cancer qui me guettait sans doute. (Je suis guérie depuis fin 2009. Mes prothèses dentaires étaient à l’origine d’un empoisonnement ! Voir mon blog : colopathie-fonctionnelle.overblog.com) Mais qui connaît l’avenir ? Personne, et moi pas mieux que les autres.
Par contre, de la compassion j’en ai toujours eu et je crois d’avantage, depuis tant d’années passée à souffrir. Quand je ne luttais pas je baissais les bras et pensais en finir avec une vie qui serait de plus en plus difficile à supporter. Je pensais au suicide, mais il faut beaucoup de courage et de force physique. Avec les années, cette dernière s’étiolait et je craignais même pour mes vieux jours, si je devais aller jusque là. L’euthanasie, mourir dans la dignité en France ! Quelle hypocrisie de la part de ceux qui nous gouvernent et de ceux qui n’ont rien à y gagner. Bien sûr, je ne désespère pas complètement, mais pour tout vous dire, j’envisage moi aussi d’aller en Suisse si un jour je me retrouve comme Nicole Boucheton. Dommage de souffrir autant et de devoir payer si cher pour mourir dans la dignité. Dommage de faire un voyage long et épuisant pour connaître une fin de vie apaisante comme c’est le cas de tous ceux qui ne trouvent pas de solution en France. Toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches. Cymone