Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

Acharnement judiciaire: Jean MERCIER, âgé aujourd'hui de 86 ans, est renvoyé devant le tribunal correctionnel de St ETIENNE, le 25 novembre 2014 à 13h30. Le précédent jugement avait déclaré un non lieu.

« Suite au décès volontaire - suicide- de Madame MERCIER, que son mari Jean MERCIER a aidé pour tenir sa promesse de toujours, écrite dans leurs directives anticipées, Monsieur Jean MERCIER, âgé aujourd'hui de 86 ans, est renvoyé devant le tribunal correctionnel de St ETIENNE, le 25 novembre 2014 à 13h30. Le précédent jugement avait déclaré un non lieu. » Il est renvoyé en jugement pour non assistance à personne en danger.
Merci de soutenir cet homme en vous déplaçant ce jour là à St Etienne, pour ceux qui le peuvent.
Vous pouvez aussi participer au comité de soutien de Jean Mercier.
ACHARNEMENT contre un vieil homme et contre toute aide au suicide, contraire aux lois:
le suicide étant un acte non délictueux, aider à cet acte ne peut pas être condamné, comme le répète Jean Leonetti.
Mais on a détourné ce droit par la loi de non-assistance à personne en danger, qui confond la non-assistance lors d'un accident de ceux qui le constatent, avec l'aide à la mort volontaire d'une personne âgée, qui souffre, et va mourir bientôt, pour laquelle la mort n'est pas un danger mais la délivrance, pour elle c'est survivre qui est un danger.
D'abord DÉNONCIATION du médecin lors du certificat de décès:
M Mercier lui dit malencontreusement qu'il a aidé sa femme à sortir les pilules qu'ELLE avait collectionnées de leur emballage, parce que ses mains ne lui permettaient plus de le faire elle-même.
Il l'a donc accompagnée dans son dernier voyage, comme ils se l'étaient promis depuis toujours, amoureux après de longues années de mariage.
A la surprise de M Mercier, incompris contre son attente, le médecin refuse alors de signer l'acte de décès, signale un suicide "aidé" et demande une autopsie.
C'est donc d'abord cet homme qui considère un suicide comme un meurtre, contrairement à toutes les lois républicaines.
Est-il convaincu par sa religion de l'interdit de se suicider ? Je ne sais pas.
Cet homme qui juge, qui accuse un pauvre homme, déjà désespéré par la perte de son épouse qu'il aimera toujours, au delà de la mort.
LA JUSTICE - des hommes, donc bien imparfaite - suit, ne sachant pas très bien comme qualifier l'acte de Jean Mercier:
acte d'amour, oui, mais alors impossibilité de punir
soulagement des souffrances de l'agonie? impossible de punir alors
quelles lois invoquer? Car « on » veut punir !!!
incitation au suicide? impossible, la volonté de cette femmes ayant été clairement dite et écrite depuis des dizaines d'années,
non-assistance à personne en danger? on a trouvé!
le danger en l'occurrence pour la loi est de mourir, alors que pour elle:
Le danger c'était de poursuivre une vie de souffrances, dont le seul espoir de soulagement était la mort!
Le danger c'était de se retrouver à l'hôpital, de subir contre son gré les soins d'un médecin, puis d'aller en EHPAD, loin de son mari.
La règle de cette loi veut que devant toute tentative de suicide, quelles qu'en soient les motifs, on empêche la personne d'aller au bout de son geste.
De quel droit se mêler ainsi de la vie intime de quelqu'un ? En quoi le suicide est-il un acte préjudiciable à autrui ?
Sûrement pas de la part d'une femme âgée, qui est en train de mourir et qui souffre de son état, pour laquelle l'accompagnement de son mari est un acte d'amour.
POURQUOI VOULOIR INTERDIRE LA MORT VOLONTAIRE?
CONTRE TOUTE LOI RÉPUBLICAINE?
POURQUOI VOULOIR OBLIGER À MOURIR AVEC DES MÉDECINS À L'HÔPITAL OU EN EHPAD?
Car empêcher le suicide d'une personne âgée, qui souffre d'abord moralement de se voir dans un état de santé incompatible avec l'idée qu'elle se fait de sa dignité, qu'elle sait incurable, conduit la personne de force à l'hôpital puis en EHPAD, enfermée loin de chez elle.
C'est contraire à toutes les chartes des usagers du système de santé (droit de refuser les soins).
Pourquoi ?
  • parce que çà rapporte tant aux investisseurs (EHPAD, meilleur placement d'argent en ce moment), qu'aux médecins et pharmaciens qui travaillent avec les EHPAD? Donc à l'Industrie pharmaceutique.
(extravagance de la consommation de médicaments, médecins qui font une visite mensuelle, sans raison d'être, avec déplacement, qu'il compte chaque fois même s'ils se déplacent pour 5 patients en même temps)
  • parce çà crée des emplois? On manque terriblement d'infirmiers et d'aide-soignants acceptant de s'occuper à plein temps des « cadavres vivants » dont parlait Henri Caillavet.
Mais la France doit-elle avoir pour seule économie celle de s'occuper des morts-vivants ? Le nombre de vieillards (vieilles surtout) augmente très régulièrement puisqu'on prolonge de plus de plus de vies par la Médecine et la Pharmacie.
La longévité augmente, mais la durée de vie qui garde sa qualité n'a pas changé : on a prolongé les années de survie où plus rien ne va plus, celles où les personnes ont besoin pour survivre d'une aide permanente.
On oublie que tout çà est payé par les impôts, la sécurité sociale, les mutuelles, les caisses de retraite, donc tous les citoyens, coût supporté par l'état, la collectivité, pour enrichir des privés, qui ne veulent pas renoncer à la manne et se moquent du bien-être des gens.
On oublie que l'économie d'un pays ne peut pas se fonder sur les personnes dont on prolonge artificiellement la vie, il y a sans aucun doute de meilleurs projets pour l'état et les citoyens.
  • parce que çà fait plaisir aux religieux qui encensent la souffrance, et veulent imposer leurs idées au autres ? Culte de la mort, de la souffrance.
Les mêmes religieux qui interdisent la mort volontaire des personnes âgées applaudissent et bénissent les guerres, qui tuent jeunes et vieux et incitent les jeunes soldats à tuer, indifféremment.
La règle de notre République est la séparation des églises et de l'état, donc pas d'inférence des religieux sur nos lois!!!
On ne s'en rend guère compte... en ce moment, où la République part à vau l'eau... avec l'appui d'une droite extrême.
Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article