Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

LOIS ET SANTÉ, FIN DE VIE, MORT: pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs directives anticipées avec leur personne de confiance nommée par écrit, y compris en cas de demande de mort volontaire pour souffrances incurables, avec AAVIVRE ... sa fin de vie.

guerre anti et pro "euthanasie": détournement de la réalité de la loi demandée

http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/la-proposition-ps-ump-est-inutile-et-dangereuse-selon-des-anti-euthanasie-05-03-2015-4578783.php?success=1%23blocCommentaires

toujours la guerre entre anti et pro sur un mot auquel chaque camp donne un sens différent:
euthanasie = meurtre pour les anti
même lorsqu'ils admettent des circonstances atténuantes par compassion, décidé donc par le médecin (mort donnée contre l'avis du malade)
euthanasie = belle mort au sens des grecs: la mort instantanée ou presque, naturelle ou décidée par l'intéressé/e (suicide); aidée possiblement par des médecins humains.

aider à une euthanasie au sens des "pro", c'est tuer? non, évidemment si on considère cette aide médicale possible uniquement pour des personnes déjà en train de mourir, de par la nature, et qui ne supportent plus le peu de vie qui leur reste, du fait des souffrances et de l'incurabilité.

camper sur des camps retranchés n'a jamais fait avancer les choses.

sédater n'est pas tuer, c'est endormir la souffrance et çà peut durer longtemps.
que la sédation soit décidée par le médecin ou demandée par le mourant, (théoriquement, ce devrait être un dialogue et une décision conjointe)
il ne s'agit pas d'aide à une mort volontaire instantanée (= euthanasie) ,
il s'agit d'accompagner le mourant pour supprimer ou limiter ses souffrances.
il faut cesser de changer le sens des mots
seule la raison peut faire avancer:
d'une part, la médecine n'a pas pour but d'empêcher les gens de mourir dans n'importe quelles conditions de vie restante (qualité de vie primordiale),

son but est d'abord de soulager les souffrances et on connait son impuissance dans nombre de domaines, bien qu'elle ait du mal à le reconnaître

d'autre part, il s'agit seulement de rendre la décision sur sa vie au patient qui demande de l'aide au médecin:

décision des soins acceptés, refusés, selon le rapport bénéfices risques explicité, décision de se laisser mourir, de demander une prolongation, même déraisonnable, à la Science, ou au contraire de demander l'arrêt des soins et l'arrêt de la vie lorsque celle-ci devient insupportable.
décision d'accepter ou de refuser les souffrances tant morales que physiques inhérents à l'état de santé.

nous (AAVIVRE ... sa fin de vie et autres associations pour la liberté de choix) ne demandons rien d'autre que l'application des Droits de l'Homme:
liberté, égalité, fraternité, et laicité: respect des différentes formes de pensée.

liberté de décider de sa vie, de son corps
fraternité, donc aide compassionnelle à celui ou celle qui la demande
égalité: on sait qu'actuellement, les riches et les sachants se débrouillent pour détourner la loi actuelle, inégalité grave
laicité: nous refusons l'imposition de la morale catholique à la République (on remarque que les plus virulents "anti" sont tous des suiveurs du Pape) ainsi que "la morale" des intérêts financiers: médecine, pharmacie, et autres qui font fortune sur le dos de la sécurité sociale et des malades.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article