Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

LOIS ET SANTÉ, FIN DE VIE, MORT: pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs directives anticipées avec leur personne de confiance nommée par écrit, y compris en cas de demande de mort volontaire pour souffrances incurables, avec AAVIVRE ... sa fin de vie.

VOUS PENSEZ A VOTRE FIN DE VIE (inévitable et imprévisible, à tout âge): directives anticipées

VOUS VOULEZ LA PREPARER.

VOUS VOULEZ VOUS PROTÉGEZ D'ABUS MÉDICAL, sachant que des médecins pratiquent toujours le mensonge (pour vous rassurer?) sur diagnostic/pronostic, pratiquent encore prolongations de vie /traitements déraisonnables, malgré l'interdit de la loi. Cela vous inquiète à juste titre.

VOUS VOULEZ PROTÉGER TANT VOS PROCHES QUE VOS MÉDECINS, qui doivent savoir ce que vous pensez, ce que vous voulez, pour pouvoir agir en conséquence.

VOUS AVEZ LE DROIT de RÉDIGER VOS DIRECTIVES ANTICIPÉES pour votre fin de vie, que vous confierez à votre PERSONNE DE CONFIANCE (dûment nommée par écrit)

ALORS FAITES-LE !

Qu'y mettre ? Comme le disait le Pr Sicard dans son rapport, deux volets sont nécessaires à ces directives :

  1. un volet qui indique votre philosophie de vie, vos idées sur la vie et la mort : chacun a les siennes, toutes respectables, il faut retrouver la parole sur la mort, la sienne et celle des autres. C'est un phénomène naturel.

    Certains pensent que nul n'a le droit de décider de sa mort, que nul ne doit entraver la décision « divine », d'autres au contraire pensent que choisir sa mort est un acte responsable voire souhaitable.

    Certains croient à la souffrance rédemptrice, et refusent toute aide qui irait contre, les autres préfèrent ne pas souffrir.

    Chacun a ses idées et les médecins comme les proches doivent les respecter.

  2. un volet plus technique qui indique les traitements, machines, opérations, que vous refuseriez ou accepteriez selon le degré de risque de gain ou d'échec par rapport à une prolongation de vie qui vous donne encore du bien-être.

    Quels handicaps pensez-vous pouvoir supporter ou refuser ? A partir de quel moment la vie vous apparaitra-t-elle pire que la mort ? A vous de vous poser la question et d'y répondre.

  3. le dernier volet est de nommer sa personne de confiance, celle qu'on va mandater pour nous accompagner dans les décisions médicales, et pour nous remplacer au cas où nous ne pourrions plus nous exprimer. Elle va s'appuyer sur nos directives pour discuter avec les médecins.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article