Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

démence sénile en fin de vie (pas en agonie évidemment!)

Voir:

http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-demence-senile-ne-doit-pas-signifier-fin-vie-philippe-hedin-2203018.html

On sait que les démences sont dues à la maladie d'Alzeihmer, qu'on ne sait ni détecter (sauf après la mort, en étudiant le cerveau) ni soigner, mais aussi à bien d'autres maladies dégénratives, aux AVC discrets, non vus, mais surtout dues à la dégénérescence due à l'âge et aux problèmes de circulation sanguine.

C'était déjà ainsi au temps de Platon, qui parlait des vieux qui ne savent plus ni ce qu'ils disent ni qui ils sont... On en est au même point.

"Il n'y a pas de guérison envisageable."

c'est donc bien une maladie de fin de vie, au sens large: la fin de la vie n'est pas seulement l'agonie!

Il n'y a pas toujours absence de communication verbale, du moins au début.

Et en cas d'absence de communication, comment communiquer ???

par le geste, on peut exprimer dees sentiments, pas des opinions...

C'est bien évident, la personne âgée (plus ou moins) ne redevient jamais un enfant, malgré tous les dires entendus couramment.

Un enfant progresse, la personne âgée régresse... aucun progrès à attendre, au contraire.

« Cela demande aussi une réflexion plus présente sur l'avenir, sur les notions de personne de confiance, de directives anticipées... »

LA PERSONNE DE CONFIANCE, LES DIRECTIVES ANTICIPÉES ET LES MANDATS DE PROTECTION FUTURE permettront aux médecins et aux proches de savoir jusqu'où la personne veut bien être « soignée », « médicamentée », et de le respecter.

Le mieux est de ne pas attendre le moment où çà ne va plus, c'est quelque chose qu'il faut préparer dès ses 18 ans (âge de la majorité légale) ou en tout cas au plus tôt .

Extraits :

« Pour voir si une personne commence à être en démence, il faut prendre du temps.

Cela demande beaucoup de patience, ce n'est pas facile

Lucidité et altération coexistent et ce n'est pas facile de faire la part des choses, cela demande beaucoup d'observation, de disponibilité, de patience de tolérance.

Chaque personne reste singulière.

Le dément pourra méconnaître le risque, le danger, il faut alors faciliter son environnement.

Il pourra aussi perdre les règles sociales, les inhibitions...

D'une manière générale considérer que la personne garde de la lucidité conduit à la respecter en prenant en compte sa grande vulnérabilité, sa grande solitude.

Il faudra expliquer, être attentif. »

Expliquer quoi à qui ???

aux soignants non formés à çà et qui n'ont jamais le temps de s'occuper moralement et sentimentalement des personnes ???

dont les soins se bornent à nourrir, parquer (tous assis sur des chaises dans les foyers) pour éviter les chutes, ou pour relever vite en cas de chute, et à faire les toilettes ?

« La personne âgée n'est pas du tout un enfant, elle a un autre cheminement.

Il faut la respecter aussi dans son intimité, sa dignité, créer et maintenir constamment une relation de confiance. Tout cela impose de veiller à construire l'accompagnement des personnes avec elles-mêmes et leurs proches dans un climat bienveillant, positif. »

Quand un soignant dispose de quelques minutes par jour pour s'occuper de quelqu'un, comment serait-il possible de créer une relation de confiance, bienveillante... pas le temps...

quand on sait qu'on demande aux soignants de ne pas s'investir sentimentalement, comme s' ils étaient incapables de s'investir sans dommage pour eux lorsque la personne malade va mourir, ce qui est la seule fin envisageable...

comment créer cette relation ? un mythe, un rêve, rien d'autre...

tout çà pour aboutir à la mort prévue,

avec une fin de vie dans un état de démence qui fait souffrir malade (lorsqu'il se rend compte de son état) et proches...


Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article