Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

LOIS ET SANTÉ, FIN DE VIE, MORT: pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs directives anticipées avec leur personne de confiance nommée par écrit, y compris en cas de demande de mort volontaire pour souffrances incurables, avec AAVIVRE ... sa fin de vie.

Le Ministre de la Justice belge confirme au Parlement qu'il n'y a aucune dérive dans l'application de la loi relative à l'euthanasie.

Depuis l’adoption de la loi du 28 mai 2002 relative à l’euthanasie, certains oracles avaient prédit les pires abominations qui, inévitablement, allaient découler de cette législation.

« Dérives », « pentes glissantes », soupçon de vider les hôpitaux, … Que n’a –t-on entendu ou lu à ce propos de la bouche ou sous la plume des opposants à l’euthanasie1.

Un véritable travail de désinformation, d’intoxication jouant uniquement sur les peurs mais qui, petit à petit, a fini par occuper un certain espace médiatique, voire déborder en dehors des frontières de notre petit pays lorsque la question de l’euthanasie y est abordée (en France, au Canada, …).

A cet égard, on doit constater que, au gré de situations bien spécifiques qui surgissent dans l’actualité (comme la situation carcérale apocalyptique de notre pays), surfant vaille que vaille sur les soubresauts médiatiques qu’elles entraînent, ces opposants à l’euthanasie ne désarment pas et profitent de chaque occasion pour tenter, à partir de ces cas particuliers, de saper la loi sur l’euthanasie mais ce de façon générale.

Et, dans ce fastidieux travail de sape, comment ne pas retenir la récente prise de position des évêques de Belgique quant à l’euthanasie des personnes dites « démentes » ?

Certes, il n’est pas simple de discerner la volonté d’adultes dont la lucidité décline et la clairvoyance n’est plus optimale mais, en l’espèce, aucune initiative parlementaire n’a encore vu le jour sous cette législature ! Mais qu’importe pour les opposants à l’euthanasie ! Pour eux, l’important, c’est d’anticiper, d’empêcher la tenue d’un débat sur ce thème (bref, cadenasser à l’avance ce débat du sort des personnes dites démentes face à leur fin de vie) et, surtout, de répéter encore et toujours, leur crédo sur les supposées « dérives » dans l’application de la loi relative à l’euthanasie ! On peut ainsi lire dans cette « opinion » publiée dans la Libre Belgique du 2 mars 2015 que, «depuis la loi de 2002 sur l’euthanasie, le constat s’imposerait : la dérive prédite à l’époque est devenue réalité. Les limites de la loi sont systématiquement contournées, voire transgressées.»

Une affirmation pour laquelle on attend au moins une illustration, au mieux des éléments concrets, voire même des dossiers en pagaille … En vain.

L’affirmation semble, pour ses auteurs, pleinement se suffire à elle-même.

Heureusement, cette « sortie » médiatique n’a pas laissé indifférent un de nos députés fédéraux qui a pris au mot nos évêques.

Jean-Jacques Flahaut, député du Mouvement réformateur, a ainsi vigoureusement interpellé notre Ministre de la Justice : « monsieur le ministre, les bras m'en sont tombés, et le mot est faible, lorsque j'ai lu les propos tenus par les évêques de Belgique le 2 mars dernier. »

S’interrogeant sur les allégations des évêques, il a donc demandé le 5 mars dernier à Monsieur Koen Geens, ministre du seul parti de la coalition fédérale se revendiquant encore chrétien, si ce dernier avait connaissance « de cas avérés où la loi aurait été bafouée » ?

Après avoir expliqué la loi du 18 mai 2002 et son mécanisme de contrôle, la réponse de notre Ministre de la Justice a été claire et sans appel : « je n'ai, pour le moment, connaissance détaillée d'aucun cas. Du reste, je n'ai reçu de mes services aucun signal inquiétant qui indiquerait que la loi ou le respect de celle-ci nécessiterait un ajustement dans la pratique. »

Salutaire mise au point de la part de notre ministre qui, ainsi, dans un monde idéal où chacun échangerait de bonne foi (si j’ose dire) ses arguments, devrait mettre fin à une véritable entreprise de dénigrement de notre législation sur l’euthanasie2. Chacun y gagnerait et la qualité du débat d’abord. Nous en avons tous plus que jamais besoin !

Heureusement donc qu’un député fédéral se soit aussi promptement emparé de cette intervention des évêques de Belgique. Jean-Jacques Flahaut conclura d’ailleurs comme suit son interpellation parlementaire : « je voudrais rappeler aux responsables religieux, et je suis chrétien, qu'en Belgique ce sont les représentants élus siégeant au parlement, et eux seuls, qui, après consultation des professionnels de la santé et des garants de l'éthique, définissent la loi – et aucune autre autorité morale, de quelque chapelle qu'elle se revendique. Au final, vous confirmez que les déclarations des évêques de Belgique n'avaient pas lieu d'être. »

Rien à ajouter si ce n’est : merci monsieur le député pour ce beau plaidoyer pour la laïcité.

Benoît Van der Meerschen.

1 A titre d’exemples, voir :

2 Qui, on le sait, flirte allégrement avec des tentatives de manipulation, voir à titre d’exemple la décision du conseil de déontologie journalistique relative à Cathobel du 14 mai 2014 : http://info.catho.be/2014/05/23/avis-du-cdj-du-14-mai-2014/#.VSzeiMscS-o

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article