Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

Suicide à éviter à tout prix ? oui et non:

http://www.clicanoo.re/490427-prevenir-le-suicide-est-de-la-responsabilite-de-nous-tous.html

Suicide à éviter à tout prix ? oui et non:

NE PAS OUBLIER que

le suicide est une liberté de l'Homme, parmi les Droits de l'Homme :

Ma vie m'appartient, mon corps m'appartient. J'en fais ce que je veux.

Seuls ceux qui se soumettent à des dogmes religieux peuvent refuser un suicide criminel aux yeux de leur religion.

NE PAS OUBLIER qu'il existe trois sortes de suicide:

  1. les suicides ratés, plus ou moins consciemment, dits appel au secours, pour faire réagir l'entourage,

  2. les suicides malheureusement réussis suite à un mal-être dû à des harcèlements au travail ou à la maison, à une dépression non soignée,

Ces deux premières catégories de suicide sont peut-être évitables avec des aides psychologiques et le soin dû à une dépression véritable,

on peut en tout cas essayer de les éviter, et réanimer ceux qui se sont ratés et peut-être ne recommenceront pas si on les accompagne suffisamment.

      1. mais il existe aussi des suicides raisonnés et on pourrait presque dire raisonnables, réfléchis, de ceux qui veulent mourir parce que la fin de vie s'étire en longueur, avec des souffrances incurables, parce que le mal-être vient de maladie handicapante et incurable, et que la personne ne supporte plus les conditions de sa vie très souvent prolongée par la médecine moderne.

Ceux là au contraire méritent d'être accompagnés pour éviter la violence et favoriser les morts douces.

Les lois ne doivent pas condamner l'accompagnement voire l'aide donnée à ces personnes :

le suicide n'est pas condamnable, donc aider à ce geste ne doit pas être condamnable non plus,

sous conditions d'aide désintéressée, à quelqu'un qui n'en peut plus de supporter des souffrances incurables morales ou physiques.

Ce que pratique la Suisse et d'autres pays.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article