Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

LOIS ET SANTÉ, FIN DE VIE, MORT: pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs directives anticipées avec leur personne de confiance nommée par écrit, y compris en cas de demande de mort volontaire pour souffrances incurables, avec AAVIVRE ... sa fin de vie.

Dr Bonnemaison et Dr Leonetti: pour un acquittement mérité

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Sante/n/Contenus/Articles/2015/10/21/Leonetti-Dormir-avant-de-mourir-pour-ne-pas-souffrir-2507152

 

Les médecins accompagnant M Leonetti ont affirmé que le Dr Bonnemaison ne serait pas inquiété par la nouvelle loi, qui avance pourtant fort peu (un pas de souris, dans mes jeux d'enfant)

Il doit être acquitté.

 

Ne pas oublier que tout médicament est un poison, alors tous les médecins sont des empoisonneurs publics ! Mais il arrive que le poison soit bénéfique, lorsqu'il soulage les souffrances

 

extraits de l'article :

“ Le droit à s’endormir et à ce que la mort s’en suive sans souffrance .”

A Tours et Saint-Cyr, hier, Jean Leonetti est venu défendre cette loi qui porte son nom.

La loi de 2005 disait trois choses :

je ne t'abandonnerai jamais ; je ne te laisserai pas souffrir ; je ne te prolongerai pas de manière anormale.

C'était la société et la médecine qui disait cela au malade 

 

C'est la façon d'agir du Dr Bonnemaison, en toute humanité, sans se préoccuper des intérêts financiers de ceux auxquels la prolongation des vies rapporte beaucoup d'argent.

 

« La Loi de 2015 dit : (dira si elle est adoptée)

si je souffre trop, j'ai le droit de dormir avant de mourir pour ne pas souffrir, ajoutait-il. Voilà l'étape supplémentaire qui fait qu'on est passé d'un devoir de la société à un droit supplémentaire des malades. »

 

Ma mère disait : « Alors je n'ai pas le droit de me reposer ?  à mon âge ! »

En condamnant l'acharnement des médecins à la faire vivre, de force, alors qu'elle aurait dû mourir à 98 ans... elle jugeait avoir assez lutter pour vivre et avoir droit au repos de la mort .

Non, des médecins indignes l'ont condamnée à 3 ans de survie le cerveau très abîmé par les anesthésiques d'une opération de 8h (fractures) à 98 ans, et l'acharnement médical à la faire survivre suite au choc opératoire, dont 6 mois de déchéance absolue, devenue grabataire, ce qu'elle ne voulait absolument pas.

 

Le Dr Bonnemaison a fait cela :

« Empêcher des mourants de souffrir d'agonie et de faire souffrir leurs proches »

 

J'aurais aimé que ma mère ait un tel médecin qui respecte sa dignité de vivre une vraie vie, avec son cerveau intact, et la capacité de bouger normalement, même diminuée dans sa force et ses activités, ou de la laisser mourir sans souffrir.

 

Quoi de plus horrible de regarder un corps qui se débat pour mourir pendant plusieurs jours ou semaines, alors que la médecine prolonge artificiellement une vie déjà terminée ?

 

Mon père a subi cela pendant 8 jours pleins, et sans mon intervention, cela aurait durer beaucoup plus longtemps, convulsions du corps alors que la mort est déjà là...

 

Je ne souhaite ce spectacle à personne, c'est deux fois horrible :

  • de quel droit des médedecins prolongent-ils la torture de l'agonie douloureuse ? Torture pour le mourant inconscient ? Mais torture pour ceux qui l'accompagnent, oui. Alors que leur devoir est d'abord de soulager les souffrances et d'accompagner le mourant et ses proches pour le moins de souffrances possible
  • parce que au lieu de la tristesse qu'on aurait du éprouver, on dit « enfin » quand la mort arrive, on est presque content...Cela nous laisse un malaise...

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article