Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

LOIS ET SANTÉ, FIN DE VIE, MORT: pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs directives anticipées avec leur personne de confiance nommée par écrit, y compris en cas de demande de mort volontaire pour souffrances incurables, avec AAVIVRE ... sa fin de vie.

SOUTENONS JEAN MERCIER !

AFFAIRE DE MONSIEUR JEAN MERCIER

Condamné à un an de prison avec sursis par le Tribunal de St Etienne le 25 novembre dernier

car déclaré coupable pour non assistance à personne en péril

 

Suite au recours en Appel par son avocat, est envoyé

devant la cour d'appel de LYON (3ème) 67, rue Servient

le jeudi 8 septembre 2016 à 13 h 30.

 

VENEZ NOMBREUX POUR LE SOUTENIR !!!

 

RAPPEL :

Monsieur Jean MERCIER, âgé aujourd'hui de 88 ans, a été dénoncé auprès du tribunal par son médecin – auquel il a eu le tort de se confier - lors du décès de son épouse, âgée et très malade, qui lui avait demandé son aide pour son suicide avec les cachets qu'elle avait accumulé depuis très longtemps, mais qu'elle n'arrivait pas seule à sortir de leur emballage. Il l'a aidé pour cela.

Il a été prouvé qu'elle les avait bien avalé seule, donc c'est bien un suicide.

 

MAIS la loi de non assistance à personne en danger(de mort),

 

QUE NOUS (AAVIVRE … SA FIN DE VIE) SOMMES LA SEULE ASSOCIATION À RÉCUSER TELLE QUELLE,

 

dit que

 

toute personne qui en est informée doit s'efforcer d'empêcher la mort de qui que ce soit, en prévenant les pompiers ou autres services, en appelant la médecine officielle au secours,

 

y compris donc (rien n'est précisé, il le faudrait !!! ) pour

 

la mort volontaire (suicide) d'une personne âgée qui n'en peut plus de la prolongation de vie imposée par la pseudo-science médicale (on la bourrait de médicaments depuis des années) ,

et qui a décidé de finir sa vie ainsi depuis de longues années.

 

DÉCISION ÉCRITE DANS SES DIRECTIVES ANTICIPÉES longtemps renouvelées.

 

ÉTHIQUE DE VIE PERSONNELLE partagée avec son mari auquel elle avait fait promettre de l'aider le jour où elle serait décidée, et réciproquement.

 

Le tribunal de St Etienne a donc décidé la condamnation, certes symbolique – 1 an avec sursis - mais CONDAMNATION GRAVE SUR LE PRINCIPE, de ce vieux monsieur qui aurait du être acquitté, lavé de tout soupçon.

 

CELA CONTRARIE EN EFFET DEUX LIBERTÉS IMPORTANTES ÉCRITES DANS NOS LOIS:

 

  • LE SUICIDE N'EST PAS UN DÉLIT dans la loi républicaine, c'est une liberté.

Seules les églises condamnent le suicide, excepté les actes de « mission » suicidaires, puisque, pour celles-ci, notre vie ne nous appartient pas car elle appartient à leur Dieu.

Pour des missionnaires de chaque religion, tueries et suicides sont des actes héroïques de martyres soi-disant guidés par la main de Dieu… On y croit ou pas…

 

  • TOUT ACTE QUI AIDE À UN ACTE NON DÉLICTUEUX NE PEUT PAS ÊTRE CONSIDÉRÉ COMME DÉLICTUEUX.

 

ESPÉRONS QU'ENFIN, LA JUSTICE, TROP SOUVENT INJUSTE, ADMETTRA QUE

 

M MERCIER N'EST COUPABLE QUE

 

D'AMOUR ET DE RESPECT ENVERS SA FEMME.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article