Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

encore une demande pour aller mourir en Suisse

appel hier :

 

une dame (parkinson) se renseigne sur l'aide au suicide.

Comment faire pour aller en Suisse puisque ce n'est pas possible en France?

je lui donne les sites internet à consulter, mais je lui parle évidemment des directives anticipées, indispensables également en Suisse et ailleurs,  qu'elle n'a pas écrites:

comme elle ne peut plus écrire, il lui faut deux témoins que ce qu'elle écrira est bien "ses volontés"

sans doute, l'un d'eux sera sa personne de confiance.

elle doit écrire ses directives en deux parties, et les faire connaitre autour d'elle (proches, médecins):

1) sa philosophie de vie: comment envisage-t-elle la fin de sa vie? quelle sorte de vie refuse-t-elle? que veut-elle?

elle seule peut définir ce que serait l'obstination déraisonnable pour elle même

2) en fonction de son état de santé et de sa maladie incurable, quels sont les soins et traitements qu'elle refuse? qu'elle refusera? à partir de quel moment?

tout usager du système de santé majeur et conscient est considéré comme responsable de sa santé

tout usager du système de santé a le droit de refuser des propositions de soins, traitements, opérations faites par la Médecine, après explications claires sur le rapport bénéfices/ risques

tout usager du système de santé a droit aux soins nécessaires pour soulager ses souffrances morales et physiques: seul soin possible: la sédation continue lorsqu'on souffre sans cesse, et qu'on refuse les autres soins.

tout citoyen a le droit de choisir le lieu de sa vie et de sa fin de vie.

la loi permet la sédation continue aux médecins, qu'elle soit demandée ou pas, mais il vaut mieux en parler avant.

ECRIRE SES DIRECTIVES ET LES FAIRE CONNAITRE EST LE MEILLEUR MOYEN D'ETABLIR UN DIALOGUE AVEC VOS PROCHES ET VOS MEDECINS;

La loi demande aux médecins de respecter vos volontés de fin de vie.

même si pour notre malheur, elle permet aux médecins de le refuser: urgences, directives non compatibles (avec quoi? la philosophie de vie du médecin???)

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article