Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

directives anticipées: un registre officiel au Canada, pourquoi pas en France???

N'hésitez pas même en France à faire part par écrit de vos volontés en fin de vie en ce qui concerne le système de santé: soins admis ou refusés, et quelle est votre limite pour recevoir des soins autres que contre la souffrance.

Vous pouvez prendre modèle sur les directives de cette dame.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1041761/registre-directives-medicales-anticipees-bilan-inscriptions

PRIMEUR - La Loi concernant les soins en fin de vie est surtout connue pour son volet sur l'aide médicale à mourir.

Toutefois, elle comporte aussi une section sur l'instauration d'un registre permettant d'indiquer si l'on veut recevoir des traitements ou non avant de devenir inapte à le faire.

Portrait de ce registre mis en place depuis déjà un an.

Comme des milliers de Québécois aptes à consentir à des soins,

Céline Côté s'est inscrite au registre des directives médicales anticipées en cas d'inaptitude à consentir à des soins.

« Si j'ai une démence grave, je ne suis pas intéressé à vivre.

Si je suis plongé dans un coma irréversible, je ne suis pas intéressé à vivre non plus

et, si je suis en fin de vie, encore moins »

, a-t-elle expliqué.

En s'inscrivant au registre, qui est aussi appelé les DMA, cette résidente de Saint-Jérôme a clairement indiqué que:

Elle refusait cinq traitements si elle était dans un état comateux irréversible ou en état de démence grave sans possibilité d'amélioration. Ces traitements sont la réanimation cardiorespiratoire, la ventilation assistée, la dialyse et l'alimentation et l'hydratation forcées ou artificielles.

« Je refuse toute réanimation et toute manoeuvre de maintien en vie », a résumé Mme Côté.

Céline Côté s'est inscrite au registre d'abord et avant tout pour ses proches.

Elle veut ainsi leur éviter de devoir prendre « une décision qui peut être difficile » ou de faire des choix qui peuvent mener à des « mésententes familiales ».

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article