Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

mourir en Belgique? pas si facile que çà...

https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/euthanasie-en-belgique-le-recours-pour-les-patients-francais-1507284876

 

pas tant que çà, puisqu'il faut être suivi depuis au moins 6 mois par un médecin belge, pour les frontaliers, c'est possible, pour les autres, pas facile e faire des déplacements réguliers en Belgique si on n'y a ni famille ni amis proches

le mieux serait évidemment que la France autorise nos médecins comme en Belgique à suivre les directives des patients qui pourraient demander une aide à mourir pour souffrances incurables

espérons qu'en 2018, on finira par y arriver avec les lois d'éthique: la première des lois étant pour moi le respect du patient

peu en réalité demandent une aide à mourir, alors pourquoi leur refuser systématiquement? inhumain!

quant à la notion de dignité elle n'est pas la même pour tous:

MA DIGNITE C'EST D'ETRE RESPECTEE, y compris dans mes voeux d'aide à mourir si je devais souffrir de façon incurable d'un état de santé incompatible avec ma propre éthique de vie: demeurer indépendante.

respecter la dignité de quelqu'un c'est être à son écoute et ne pas l'obliger de force à vivre encore un peu plus s'il ne le veut pas.

pourquoi vouloir prolonger une vie qui ne correspond pas à ma façon de vivre?

la dignité intrinsèque n'existe pas pour moi: tout être humain a le droit de vivre comme il el souhaite donc de mourir comme il le souhaite également.

n'oublier pas que Anne Bert avait déjà vécu au delà de ses propres règles de vie, elle avait accepté des soins pénibles, des conditions de vie trop pénibles pour elle : elle était devenue totalement dépendante, ce qui occasionne chez elle une souffrance morale incurable ... sans parler des douleurs liées à sa maladie ou aux médicaments...elle ne voulait plus continuer, n'était-ce pas son droit? et le devoir des médecins de l'aider à mourir en paix, en s'endormant?

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article