Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

ne pas confondre arrêt de soins déraisonnables avec un suicide! aberrant!

http://www.genethique.org/fr/larret-dalimentation-et-dhydratation-est-un-suicide-assiste-68506.html

 

ce site est décidément opposé à ce que la médecine arrête des soins inutiles…trop d’intérêts ???

 

 

absolument pas !!!

on parle bien sûr d’alimentation et d’hydratation arficielles qui prolongent une vie artificiellement !

 

Il s’agit donc bien de cesser des traitements dès lors que la prolongation de la vie n’a pas lieu d’être, qu’elle devient déraisonnable pour tous, et qu’on laisse la nature agir.

 

Rien donc d’une mort volontaire ou suicide :

 

il s’agit là d’une mort naturelle qui viendra en son temps, suite à l’arrêt des traitements.

 

Sauf que s’il y a souffrances on fait ce qu’on peut pour les soulager ou les supprimer selon le désir exprimé de chaque patient dans ses directives anticipées ou en direct.

 

Les produits utilisés contre la souffrance peuvent avoir eux un double effet et raccourcir la vie

(ce n’est pas obligatoire)

 

mais il ne s’agit pas non plus de décider de sa mort (suicide) seulement de l’accompagner !

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zazo 07/11/2017 21:43

Cela dépend. Par exemple, si une personne très souffrante demande à ce qu'on l'aide à mourir, si elle demande qu'on l'aide à mourir...Cette commission précise qu'en France par exemple, on sera autorisé à lui proposer cette méthode en toute légalité. Et effectivement, la mort sera au bout. Cette commission veut ainsi dénoncer que ceux qui sont contre le suicide assisté, en acceptent pourtant la pratique en bons hypocrites qu'ils sont, prouvant ici leur flagrant illogisme! Je trouve cette analyse intéressante. Maintenant, je suis d'accord avec toi, c'est inadmissible d'en rester là en 2017! Quand on sait les souffrances inutiles que cela engendre de jouer ce genre de prolongations. Et quand on sait qu'on peut faire beaucoup mieux. Je vais le passer sur mon blog, tiens.

jacqueline.salenson 08/11/2017 08:49

"l’arrêt d’alimentation et d’hydratation comporte non seulement l’intention de provoquer la mort, mais la provoque effectivement. Aussi, un médecin qui la pratique ou l’encourage se fait « instrument de la mort de ses patients », car la mort ne se produirait pas sans eux. "
j'ai répondu à cette idée fausse que cesser des traitements artificiels qui prolongent la vie de façon déraisonnable, de la part d'un médecin, que l'intéressé l'ait demandé ou pas, ne provoque en aucun cas la mort: la Mort est déjà là, il suffit de la laisser faire, et çà peut prendre 3 jours comme l'a constaté Annie Babu pour son compagnon, pas de mort instantanée, pas de "suicide"
le mot suicide sous-entend: volonté de l'intéressé, pas du médecin, et mort très rapide, en quelques heures maximum, pas en 2/3 jours...