Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

directives anticipées et caisses de retraite: les écrire dès 18 ans est nécessaire si vous voulez être entendu, on meurt à tout âge!

Référence:

https://www.capretraite.fr/preparer-directives-anticipees/https://www.capretraite.fr/preparer-directives-anticipees/

Les directives anticipées sont un document que vous pouvez (devez si vous voulez être respecté) rédiger pour exprimer vos volontés concernant un éventuel traitement médical futur... : acceptation ou refus, dans une situation où vous ne pourriez plus le faire.

Vous pouvez rédiger ces directives anticipées que vous soyez en bonne santé ( en prévision de votre mort, certaine pour nous tous ) ou déjà gravement malade.

Il est dommageable pour les familles que chaque adulte (passé 18 ans ) n’ait pas pris la peine de prévoir sa mort, les souffrances possibles, et les conséquences de sa mort pour les autres :

c’est de notre responsabilité !

Quant aux médecins, comment pourraient-ils suivre nos idées s’ils les ignorent ?

Les directives anticipées concernent les situations de « fin de vie » c’est-à-dire les souffrances incurables (morales et physiques, liées à des maladies ou autres)

Ce document permet aux médecins de prendre des décisions médicales dans le respect de votre volonté : entamer, poursuivre, limiter, arrêter, éviter un traitement ou un acte thérapeutique spécifique….

Car c’est toujours le médecin et pas vous qui décidez, d’après la loi :

le médecin « doit » suivre vos directives, mais

  • SAUF urgence, et

  • SAUF  si cela ne lui convient pas : sa seule obligation est alors de réunir son équipe – décision dite collégiale – pour conforter son refus et de l’écrire dans le dossier médical.

Si vous êtes sous tutelle, vous pouvez également écrire vos directives anticipées, avec l’autorisation préalable du juge des tutelles ou du conseil de famille, qui doit leur être jointe.

Les directives anticipées sont à écrire sur papier libre, datées et signées, en donnant clairement vos nom, prénom, adresse, n° sécurité sociale.

Ecrire : « Je, soussigné.e, sain d’esprit, déclare que ceci est « mes directives anticipées »: »

à vous de mettre ce que vous pensez ensuite. Vous allez :

  • exprimer vos souhaits et convictions concernant votre fin de vie :

    IL EST ESSENTIEL D’EXPLIQUER VOTRE PHILOSOPHIE DE VIE, VOS CONVICTIONS

  • PAR RAPPORT À LA MORT VOLONTAIRE :

    pour ou contre… pour vous seul.e et en fin de vie, pour soulager un excès de souffrances incurables : à partir de quel état de santé (divers handicaps) estimez-vous ne plus pouvoir supporter votre vie , ou une prolongation de vie ?

  • PAR RAPPORT A LA SEDATION PROFONDE (définitive) comme moyen de terminer votre vie sans souffrir et l’hospitalisation en soins palliatifs (à domicile ou en institution)

  • PAR RAPPORT AU REFUS DE SOINS/TRAITEMENTS/ETC… à partir de quel état de santé ? Et lesquels ?

    signifier votre opposition à des actes médicaux tels que la réanimation artificielle respiratoire ou cardiaque ;

  • préciser si vous acceptez ou non d’être maintenu en vie artificiellement (par exemple, lorsque vous êtes dans le coma)  et pour quelle durée maximale, par rapport à l’espoir médical de récupérer (cela peut relever de l’obstination déraisonnable, interdite par la loi)

  • mentionner si vous acceptez ou refusez la poursuite d’actes thérapeutiques déjà mis en place (dialyse, alimentation artificielle, etc.) ;

    NOMMER VOTRE PERSONNE DE CONFIANCE, c’est-à-dire la personne qui pourra parler en votre nom, lorsque vous ne pouvez pas vous exprimer.

La personne de confiance est sollicitée en premier. C’est elle qui sera habilitée à discuter – pour suivre vos directives - avec le médecin avant toute décision.

Vous devez la mandater si vous voulez qu’elle ait accès à votre dossier médical.

Il est recommandé de remettre ce document à tous vos proches pour qu’il soit facilement accessible le moment voulu, et pour pouvoir en parler avec eux (ils n’ont pas forcément les mêmes idées que vous, mais vous devez leur demander de respecter les vôtres)

Il est possible d’enregistrer les directives anticipées dans votre dossier médical partagé, si vous en avez-un.

Les directives anticipées sont valables sans limite de temps. On peut les modifier à tout moment. On tiendra compte des dernières écrites en cas de changement (comme un testament).

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article