Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

faut-il être malade pour mourir???

http://professeur.bernard.lebeau.over-blog.com/2018/05/droit-de-mourir-a-104-ans.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail#ob-comment-ob-comment-92557942

droit de mourir à 104 ans…

qui veut faire croire qu’on ne peut mourir que si on est malade ?

Maladie au sens médical du terme et non pas au sens courant  (ne pas être en bonne santé) :

« je ne suis pas « malade » mais je ne peux plus me déplacer (interdit de conduire), je ne sens plus rien ni au nez ni à la bouche…

connaissez vous la vie sans odeur et sans goût ??? une horreur…

j’ai 104 ans mais je ne vais pas mourir bientôt (dans 20 ans peut-être???)

Combien de temps me reste-t-il à vivre, qui le sait ? Personne. Comme pour tout individu, malade ou pas. »

difficile de dire ce qu’il reste à vivre à cet âge avancé…

mais si cet homme n’était pas « malade », il n’était pas non plus bien portant…

il semble qu’il vaut mieux avoir un « bon cancer » pour être soulagé des souffrances de la fin de la vie ? Pourquoi ? Les autres cas de mauvaise santé n’intéressent pas les médecins ?

 

Heureusement les Suisses sont plus libéraux et vous aident dans ces cas là, humainement.

 

Le projet de M Touraine en France qui parle aussi d’aide à mourir en fin de grave maladie (en agonie) est du même acabit, très insuffisant :

 

manque de respect total pour l’ individu

  • qui n’est pas en bonne santé mais sans maladie bien étiquetée,

  • ou atteint d’une maladie pas mortelle assez vite dans leur esprit,

  • pour un individu tellement âgé qu’il a déjà dépassé tous les pronostics de longévité et qui n’en peut plus de se survivre, devenu incapable de vivre ce qu’il aimait faire, vivre depuis toujours.

Je reviens sur mon idée :

la loi de santé actuelle a déjà un vice de rédaction :

pourquoi les droits des citoyens seraient-ils modifiés selon qu’ils sont en fin de vie ou pas ?

C’est bien ce que la loi insinue puisque :

elle libelle les droits des « patients » et à part ceux qui sont « en fin de vie » (ce que par ailleurs personne ne sait définir!!!) :

deux catégories de citoyens

(sans parler des autres… ni « patients » actuels, ni mourants)

 

QUI FAIT LE PARTAGE ?

 

Les « sachants » médecins propriétaires de notre système de santé, bien que ce soit nous qui payons !

 

DONC IL Y A DISCRIMINATION ENTRE LES CITOYENS ! INJUSTICE À LA BASE !

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article