Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

interruption volontaire de vie

IVV : INTERRUPTION VOLONTAIRE DE VIE

 

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_jacqueline-74-ans-a-programme-sa-mort-je-me-bats-pour-l-ivv-l-interruption-volontaire-de-vieillesse?id=10002784

 

elle doit être possible ouvertement, sans se cacher :

  • sans prendre des risques pour se procurer les bons produits actuellement interdits

  • sans être obligé.e de mourir solitairement de crainte de voir ses proches accusés de non assistance à personne en danger (de mort) à cause d’une loi mal faite

  • sans être obligé.e à des suicides violents, traumatisants pour tous

 

dès que la vie devient un calvaire pour l'intéressé.e, de façon incurable,

dès que la décision prise par la personne est prise de façon réfléchie, hors de toute influence néfaste, qu’elle correspond à sa philosophie de vie,

que le cavaire soit moral ou physique ou les deux,

suite à vieillesse (souvent polypathologique) ou trop lourd handicap, ou maladie dégénérative devenue trop lourde à porter,

 

pourquoi ne pas l'aider à une mort douce et rapide (de quelques minutes à quelques heures)

s'il(elle) le souhaite? Si c’est sa façon de penser sa vie et sa mort ?

 

l'aide peut être

  • seulement de fournir le produit adéquat :

    loi sur la vente de produits pharmaceutiques adaptés à modifier

     

  • ou de lui permettre l'accompagnement de son choix, médecin ou pas. Mais il faut que ceux qui accompagnent la personne qui a choisi de mourir ne soient plus condamnés pour non assistance à personne en danger : première loi à modifier !

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article