Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

droit à la vie, droit à la mort: il n'y aura jamais de consensus et pourquoi le chercher? il faut liberté et respect, c'est tout

http://www.lejournalinternational.info/labsence-de-consensus-sur-le-droit-a-la-fin-de-vie-en-europe/

évidemment, depuis plus de deux mille ans les partisans de la mort volontaire et ceux qui y sont opposés ne sont jamais d'accord... pas de raison que cela change!

mais sous nos républiques où la religion ne fait plus la loi, le suicide est admis comme liberté de chacun.

la souffrance n'est plus une obligation rédemptrice.

on admet désormais qu'il est bon de soulager les souffrances.

alors pour ceux qui ne voient comme solution à leurs souffrances, morales et/ou physiques que la mort, de quel droit interdirait-on aux médecins de les soulager, alors que c'est leur première vocation?

il faut absolument que la loi permette à chacun de décider de leur vie de leur mort et de pouvoir obtenir une aide médicale si nécessaire pour mettre un terme à leurs souffrances, fusse par la mort, si c'est eux qui le demandent.

la loi devra évidemment vérifier leur conviction et leur demande avant de donner le feu vert, comme cela se pratique dans les pays qui le permettent déjà.

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article