Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

éthique et fin de vie: nouveau livre s'opposant au changement de loi...

https://www.lexpress.fr/culture/euthanasie-les-vraies-questions_2051757.html

Eric Fourneret est docteur en philosophie et chercheur à l'Université Grenoble Alpes

Nouveau livre : Sommes-nous libres de vouloir mourir ? (Albin Michel). 

Comment savoir si un malade en phase terminale qui réclame l'euthanasie veut vraiment mourir?

"Depuis le début du débat citoyen, nous sommes victimes d'une erreur d'aiguillage,

conclut Eric Fourneret :

RESPECTER LA VOLONTÉ DE CELUI QUI VEUT MOURIR ne signifie pas

LE RECONNAÎTRE comme un mourant (...) mais COMME UNE PERSONNE."

Pour Eric Fourneret,

"la question n'est pas de savoir si l'euthanasie est un acte bon ou mauvais en lui-même, mais de savoir quelle attitude adopter face à la souffrance d'autrui."

La seule à pouvoir dire si cela est bien ou pas pour elle même est la personne elle même

Oui, je dirais que TOUTE PERSONNE DOIT ÊTRE RESPECTÉE PAR LA MÉDECINE DE NOTRE SERVICE DE SANTÉ, ce qui n’est pas toujours le cas actuellement, la loi donnant en fin de vie la prééminence à la décision médicale, même si elle est prise avec l’équipe médicale, y compris en cas de directives anticipées clairement exprimées...

C’EST POUR CELA QUE LA LOI DOIT CHANGER  (ce que n’approuve pas Eric Fourneret, en contradiction apparente avec sa réflexion sur la liberté… )

C’EST À LA PERSONNE DE DÉCIDER SI ELLE SOUHAITE EN FIN DE VIE UNE AIDE À MOURIR, LENTE (SÉDATION) OU RAPIDE (EUTHANASIE OU AIDE AU SUICIDE) ,

CE N’EST PAS AUX AUTRES DE DÉCIDER À SA PLACE .

Evidemment

ON NE DIRA JAMAIS ASSEZ L’IMPORTANCE DES DIRECTIVES ANTICIPÉES ECRITES, RÉITÉRÉES SI BESOIN, qui prouve la philosophie de vie de la personne et ses souhaits pour sa fin de vie quant aux soins médicaux acceptés et refusés.

Celui ou celle qui n’a pas exprimé sa volonté, qui ne l’a pas écrite (il le faut… dans notre société de l’écrit…) aura évidemment du mal à imposer sa volonté, malgré une médecine plus prompt à prolonger la vie qu’à laisser mourir, quel que soit l’état de santé de la personne.

…………….

Est libre celui qui passe son désir au tamis de la réflexion, à la façon du chercheur d'or traquant la pépite dans l'eau boueuse de la rivière.

Ainsi faut-il comprendre comme UN "VRAI VOULOIR MOURIR" la demande d'euthanasie d'un malade qui a pu et su discerner les facteurs jouant dans sa volonté d'en finir - des proches épuisés par la prise en charge, des douleurs terribles, la pression sociale, etc. - et choisit, en conscience, de répondre à sa situation en réclamant au médecin d'écourter ses souffrances. 

Permettre à chaque patient d'exercer cette liberté, en particulier en proposant une meilleure offre de soins palliatifs, devrait être un préalable à toute discussion sur l'euthanasie, suggère l'auteur, qui analyse également les législations belge et suisse autorisant cette pratique. 

Les discussions sur le sujet du droit à l’aide à mourir durent depuis 30 ans,

Il serait temps de légiférer autrement ! sachant que tous les sondages donnent plus de 90 % de français favorables au respect des volontés de chacun.e.

PERMETTRE À CHAQUE PATIENT D’EXERCER SA LIBERTÉ DEMANDE

UNE LOI DE SANTE qui inscrit LE RESPECT DE CHACUN.E ET DE SA LIBERTÉ DE PENSER, QUANT À SA VIE, SA SANTÉ, SA MORT,

ET NON PAS LA LOI ACTUELLE QUI NOUS PRIVE DE CETTE LIBERTÉ.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article