Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

suite de mon traitement rayons pour mon cancer

Lundi 11 février

Mon dos va mieux : nouvelle séance d’ostéopathie, une séance de kiné (ordonné par mon généraliste) et je me suis occupée de réserver une cure et un lieu d’accueil pour mon dos : en mai j’irai à Aix les Bains.

en une semaine d'hôpital, le rhumatologue n'a pas eu le temps de venir me voir, quant à l'IRM demandé, pas trace du moindre rendez-vous... plus tard, mais quand?

par contre, l'hôpital est une prison: hors de mon traitement du matin, rien à faire, mais j'ai quand même droit à une prise de sang par une stagiaire seule qui ne sait pas s'y prendre, dans quel but? je l'ignore... et bien sûr on me réveille tous les matins à 6h pour prendre tension et température, pour avoir le droit de sortir faire un tour dans l'après midi, il faut la signature du médecin, difficile à joindre... à répéter chaque jour...

question économies? ils ont supprimé le thé ou café, boisson chaude proposé vers 16h... il faut donc aller le payer au bar de l'hôpital si on en veut...

Question radio thérapie : je commence à souffrir sérieusement.

La coupeuse de feu que j’ai vu n’a pas été efficace.

Vendredi les manipulateurs m’alertent : un bon morceau de peau est parti,

ils veulent que je vois le médecin. Oui mais nous sommes 3 à l’attendre. Depuis 10h45, j’attends jusqu’à midi : il arrive mais ne regarde pas les femmes qui l’attendent , il est intercepté par la salle d’informatique. Ensuite, nous le voyons disparaître dans son bureau, sans un mot ni un regard pour nous. Enfin, il sort avec son manteau, prêt à partir : je l’intercepte et lui demande de me voir… les autres femmes abandonnent. Après avoir cherché à joindre sa collègue : lui n’a pas le temps, sans succès, il me regarde quand même et se moque de moi : ce n’est rien, j’ai mal, il n’y a qu’à prendre du paracétamol ! , mettre de l’éosine (je n’en ai pas mais il ne rédige pas d’ordonnance : est-ce remboursé ? ) et de la pommade…

Je repars vers 13h15, je suis chez moi à 14h15… le taxi a attendu patiemment.

AUCUNE ENVIE DE CONTINUER ces séances qui sont passées de 8 restantes à 10 restantes :

je hais aussi ce mensonge permanent : le nombre de séances s’allonge à chaque fois (pourquoi mentent-ils ? Ils ont peur que je ne vienne pas ? Et qu’est-ce que çà peut leur faire ? conscience professionnelle, mais alors pourquoi sont-ils aussi désagréables? )

Je vais quand même y aller ce matin, ils doivent envoyer des rayons à un autre endroit pour les dernières séances : peut-être ma brûlure n’en souffrira pas ? (maintenant c’est 8 cmx2cm de peau qui est parti sous l’aisselle!) mais je pense abandonner ce traitement qui me fait souffrir maintenant.

Mon moral est au plus bas : pour couronner mes ennuis, ma voiture me lâche : amortisseur à changer, mais le garagiste n’a pas encore eu le temps de regarder . Devis promis ce matin ? Je ne sais pas où trouver l’argent… et être à pied dans nos campagnes est impossible à vivre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article