Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

Les Français sont prêts pour une loi qui permette à ceux qui le souhaitent le suicide assisté et/ou l’euthanasie active.

https://www.humanite.fr/le-difficile-debat-sur-la-fin-de-vie-que-revele-laffaire-vincent-lambert-673037

VALÉRIE SUGG, psycho-oncologue

Auteure de « Cancer : l’accompagnement », aux éditions Kawa.

Membre du comité d’honneur de l’association Le choix : citoyens pour une mort choisie.

Vincent Lambert : après avis médical,

une partie de la famille, dont la femme de Vincent Lambert, s’est préparée à l’arrêt des traitements, alors que,

de l’autre côté, ses parents ont lutté pour le maintenir en vie -artificielle -.

………

la loi Claeys-Leonetti de 2016 n’est pas adaptée aux refus d’obstination déraisonnable, anciennement connue sous le terme d’« acharnement thérapeutique ».

Après l’étape de la loi Claeys-Leonetti, il est temps de voter une loi qui réponde mieux aux attentes des Français.

Que chacun puisse avoir le choix, dans un cadre précis, de pouvoir dire stop ……….

Les Français sont prêts pour une loi qui permette à ceux qui le souhaitent le suicide assisté et/ou l’euthanasie active.

On ne peut ignorer que des êtres en partance endurent des douleurs tant physiques que psychiques, et que, sans espoir d’amélioration de leur état,

ils puissent choisir non pas une sédation profonde et continue qui peut durer plusieurs jours, voire plus, mais bien l’arrêt immédiat de leur vie.

Voilà, sans tabou, ni hypocrisie, ce que souhaitent certaines personnes malades.

Du fait du flou actuel, ces demandes sont rejetées ou mises en œuvre sans aucun cadre, ni soutien pour les soignants qui accompagnent ces personnes

Il est donc urgent d’informer les Français et de les encourager à écrire leurs directives anticipées (seuls 11 % l’ont fait à ce jour) et de les inclure sur la carte Vitale ou dans le dossier médical partagé (DMP) en prévoyant un paragraphe complet avec une lettre type, des explications, afin d’aider chacun à exprimer ses directives anticipées au plus près de ce qu’il souhaite

De nombreux pays européens y sont parvenus, je ne vois pas pourquoi la France n’en serait pas capable.

Chacun fait ce qu’il peut face à sa propre finitude, personne n’est à juger.

On ne peut décider à la place de l’autre ce qui est bon pour lui.

Tout à fait d’accord pour moi.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article