Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

Bilan des soins et traitements suite à mon cancer (stade 1, évolution lente) :

Je me suis intéressé au prix des soins auxquels on m’a obligée pour traiter une tumeur cancéreuse au sein droit , stade 1, évolution lente :

Opération pour exégèse de la tumeur avec retrait de 3 ganglions atteints : il le fallait.

Traitement proposé ensuite : soins destinés à éviter une éventuelle récidive, et à détruire par les rayons d’éventuelles cellules cancéreuses qui auraient échappé au scalpel (on détruit en même temps des tissus sains).

Mais je crois volontiers aux guérisons spontanées, et de plus, à mon âge (73 ans), je ne désire pas de prolongation de vie.

Le protocole est très lourd, le même proposé à toutes, quels que soient leur âge et leur situation, leurs désirs et leurs croyances :

on veut en réalité l’imposer , en dépit de la loi qui laisse le patient libre de décider des soins qu’il accepte ou refuse - Notre médecine occidentale ne soigne pas les personnes mais des maladies !

Dans l’ordre : Chimiothérapie, puis radiothérapie (j’ai fait 33 séances !, on m’en avait promis 20 au départ : je déteste ces mensonges… ). En dernier hormonothérapie pendant 5 ans.

J’ai refusé la chimiothérapie, déconseillé par la « ligue pour le cancer » en cas d’exégèse de la tumeur, je ne veux pas courir le risque de vomir pendant 2/3 mois.

La première oncologue vue refuse de me soigner puisque je refuse une partie du traitement proposé. Je crois qu’elle n’en a pas le droit, du point de vue déontologique, mais… j’irai en voir un autre, plus près, tant mieux pour les trajets.

J’ai accepté la radiothérapie : si j’avais su, je l’aurais refusée aussi, j’ai trouvé cela horrible à supporter, 4 mois de ma vie foutus – 2 mois de radiothérapie très contraignante, puis 2 mois à soigner mon dos qui n’a pas supporté autant de km en voiture - :

  • 2h de trajet chaque jour ouvrable en taxi pendant 2 mois , qui m’ont valu un lumbago pour lequel j’ai du me faire hospitaliser 5 jours /4 nuits pour éviter les trajets pénibles, prix exorbitant remboursé par la sécu : environ 200€ par jour, mais il est impossible de ses faire rembourser pour une pension sur place à 85€ par jour, ce n’est pas prévu par la sécu…

  • on me traite comme un objet et pas comme une personne, les techniciens sont pressés et l’oncologue débordé.

  • pendant le traitement : 10/15 minutes enfermée dans une salle close (je suis claustrophobe, sans excès, mais un peu), posée dans une position « tordue » sur une machine métallique qui fait un bruit très désagréable de roulements, grincements, bruits de choc, à chaque changement de position – nécessaire - , musique de fond horrible : je demande à la supprimer ou à choisir la mienne : c’est impossible, on accepte quand même de mettre en sourdine !

  • Résultat : malgré l’intervention d’un « passeur de feu », grosses brûlures, les techniciens s’affolent, le médecin me dit que je lui fait perdre son temps… mettre de la pommade et attendre la guérison… et lumbago terrible pour lequel j’ai du me soigner, me faire hospitaliser une petite semaine pour éviter les taxis, et faire une cure thermale épuisante pour le soigner.

Je fais l’hormonothérapie , pas de problème depuis 5 mois donc je continue : avaler un minuscule cachet tous les matins n’est pas trop contraignant, même si je ne crois pas vraiment à sa nécessité.

Les coûts de mon opération, des salaires des médecins et infirmiers , personnel hospitaliers, du fonctionnement de l'hôpital n'est pas compté :

 je l'ignore,

je n'ai pu compter que le coût de mes remboursements. 

J'avais bénéficié d'une chambre seule à l'hôpital.

Bien sûr j’habite la campagne creusoise et le premier hôpital est à 50 km, pour des soins en externe à l’hôpital tous les jours, c’est infernal.

Le coût de mon cancer est pour 45 % des frais de transport et d’attente, car on paye évidemment le chauffeur obligé de nous attendre pour le retour, vu la distance!

Pour un confort épouvantable pour qui supporte mal la voiture et ses secousses sur nos petites routes tortueuses : 2h de voiture chaque jour .

Et encore, chez nous, la sécu n’hésite pas à rembourser des trajets pour les hôpitaux de Limoges ou Clermont Ferrand à 100km (200 km aller retour) sur des routes pas meilleures : il faut 3h pour faire l’aller/retour.

Il faudrait impérativement pour ce genre de soins (10/15 minutes chaque jour) permettre au patient d’être remboursé d’un séjour en pension qui coûterait bien moins cher à la sécu et permettrait un confort bien meilleur pendant le traitement.

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article