Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

"la vie" ou le mensonge éhonté de catholique ultras : évidemment une euthanasie ne peut être que demandée par la personne

http://www.lavie.fr/debats/chronique/l-euthanasie-sans-votre-avis-16-07-2019-99317_978.php?fbclid=IwAR01QU7-shx-xU9lNB6kvSKSdAg3YHpP8FGW4qcWBkcJELhQYWs67gRDtro

QUE DE MENSONGES SORDIDES ET ÉHONTÉS !

Pas étonnants de la part de « la vie », presse catholique par excellence, donc anti-mort volontaire et anti-euthanasie (au sens réel)

« la vie » fait semblant d’ignorer le sens du mot « euthanasie » :

la belle mort pour les grecs, celle où on s’endort sans se réveiller, celle qui nous prend en pleine activité, rapidement et sans souffrances.

Dans les lois du Benelux, il s’agit de mort volontaire anticipée, avec une aide médicale demandée par un patient en état de souffrances intolérables et incurables, souffrances morales ou physiques liées à son état de santé (maladies, accidents, etc...)

la demande doit être faite de façon libre et indépendante, elle doit avoir été écrite

elle doit être réitérée

les médecins contrôlent l’état de santé et l’état des souffrances avant de donner leur feu vert

beaucoup de demandes sont refusées,

car les lois parlent de « maladies » et de « phase finale », aux définitions très vagues et restrictives.

LE CATHOLICISME A INVENTÉ LE DOLORISME : le goût de cette souffrance qu’on disait rédemptrice pour consoler sans doute ceux qui souffraient : on leur promettait le paradis dans l’au delà en échange de leurs souffrances terrestres .

MAIS RESPECTONS LA VÉRITÉ !

NON la mort de vincent lambert n'est en aucun cas une « euthanasie »!!!

NON M Romero n’a jamais parlé d’ « euthanasie » sans demande de la personne, ce qui serait un contre-sens évident!

Je n’aime pas beaucoup personnellement cet homme mais il connaît la langue française !!! Il demande une loi française sur le modèle des lois du Benelux.

NON les militants pour une loi de liberté (admd, le choix, ultime liberté et tous les militants de nombreuses associations laïques) veulent par essence une loi proche des lois du Benelux, mieux si possible :

que CHAQUE FRANÇAIS PUISSE DÉCIDER DE SA VIE JUSQU’À LA FIN,

que LA PUISSANCE MÉDICALE ABSOLUE QUE NOUS CONNAISSONS CESSE ENFIN,

que nul ne puisse être obligé de suivre un traitement, de subir une opération, ni de survivre comme un légume sur un lit d’hôpital parce que le médecin n’a pas le courage d’appliquer la loi actuelle : arrêter des traitements déraisonnables, parce que l’état du patient ne présente plus aucun espoir d’amélioration et qu’il est mort en réalité de mort naturelle depuis déjà quelque temps, sachant que l’on fait payer à tous les français via la sécurité sociale des sommes considérables pour entretenir des « morts-vivants » de façon scandaleuse.

Chacun.e devrait pouvoir :

ACCEPTER la souffrance, la maladie, le handicap et la mort, des traitements médicaux lourds et douloureux, ce qui est le cas de beaucoup de personnes,

ou

REFUSER certains traitements, refuser trop de souffrances, trop de sollicitude pour prolonger sa vie, un excès de zèle des médecins dans leurs traitements, leurs mensonges « pieux » quant à l’espoir de guérison ou même d’amélioration parce qu’ils ont peur d’annoncer la mort prochaine et leur incapacité de l’empêcher

ou

CHOISIR D’ANTICIPER SA MORT VOLONTAIREMENT dès lors que les souffrances deviennent intolérables et incurables… quelles que soient leurs causes, et qu’elles soient morales ou physiques (les souffrances morales sont bien pires que les souffrances physiques, car en général impossibles à soulager)

que des catholiques farouches refusent ce cas selon leur foi, cela les regarde,

une loi de liberté ne les obligera jamais à mourir plus vite s'ils préfèrent souffrir plus longtemps

mais qu'ils n'empêchent pas les autres de penser autrement, et qu'ils cessent d'intervenir dans les lois de la République, qui comprend de nombreux athées et agnostiques, et des religions diverses et variées.

 

 


 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article