Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

une seule raison pour permettre légalement l'aide à mourir par euthanasie (ou suicide assisté) : le respect du client de la Médecine officielle

une seule raison pour permettre légalement l'aide à mourir par euthanasie (ou suicide assisté) :

le respect du client de la Médecine officielle occidentale et obligatoire en France:
aujourd'hui les médecins ont le droit de ne pas respecter les volontés de leur client écrites dans leurs directives anticipées, y compris hors demande d'euthanasie,
demande d'arrêt de soins et/ou de sédation.

de quel droit des médecins peuvent-ils décider à notre place que notre vie doive se poursuive et non pas s'arrêter?

de quel droit peuvent-ils passer outre à nos propres volontés?

et à qui s'adresser lorsque nos souffrances deviennent insupportables pour nous, souffrances qui peuvent être uniquement morales pas nécessairement physiques?
notre seul recours est un médecin assermenté, nous y sommes contraints par le système de sécurité sociale...

de quel droit un médecin peut-il nous réanimer en urgence quand nous avons clairement exprimé notre volonté de refuser toute réanimation?

de quel droit un médecin peut-il juger nos directives inappropriées (terme de la loi)? et sur quels critères (rien dans la loi) ?

que vous souhaitiez terminer votre vie

  • avec une sédation partielle ou continue,
  • avec une euthanasie (suicide assisté médicalement),
  • ou que vous souhaitiez que la médecine fasse le maximum pour vous maintenir en vie, quelle que soit la qualité de cette vie,
  • ou que vous préférriez souffrir jusqu'au bout...

c'est à vous seul.e de le décider.

Pour tous ceux qui ne savent pas ce qu'ils veulent, tous ceux qui hésitent à écrire leurs volontés, il est évident que le médecin doit faire pour le mieux en son âme et conscience et éviter tout acharnement inutile, tant thérapeutique que palliatif : ce n'est pas toujours fait mais c'est dans la loi.
Donc "la personne de confiance" (qui doit être dument nommée par écrit) peut alors rencontrer le médecin et donner son avis, voire se plaindre de mauvais traitements sur votre personne.

Pour cela la démocratie républicaine suppose que tout adulte capable peut décider de ses choix de vie, jusqu'au bout de sa vie!
A chaque citoyen de réfléchir à sa mort (le soi disant tabou de la mort est récent et idiot: nous mourons tous, jeunes, vieux, malades, en bonne santé, riches ou pauvres)
La mort est plus facile lorsqu'elle est préparée, tant pour soi même que pour nos proches: pensons à eux.
Ceux qui ont pris leurs dispositions pour leurs proches tant avant que après leur mort facilitent leur vie après leur départ définitif.
On sait que certains préfèrent souffrir que mourir (c'est la devise des hommes disait la Fontaine), mais beaucoup préfèrent à force de souffrances mourir que voir leur vie prolongée par une médecine toujours plus apte à cela ou abandonnée pour une longue agonie par la Médecine officielle.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

PierreB 22/01/2020 18:23

Je viens d'apprendre que le médecin qui refuse de prendre en compte (tout simplement de les lire et convoquer une réunion collégiale) les directives anticipées hors contexte d'urgence peut être attaqué au pénal pour abus de pouvoir. J'ai été confronté à ce cas il y a près de 2 ans au CH de M.. alors que j'étais personne de confiance d'un proche hospitalisé pendant près de 3 semaines en réanimation. ça peut être une info juridique utile pour d'autres subissant les mêmes avanies de la part de médecins ignares et de mauvaise foi !

jacqueline.salenson 06/05/2020 17:34

la personne de confiance ou à défaut un membre de la famille peut demander la réunion collégiale pour lire les directives anticipées si elle n'a pas eu lieu. Elle peut demander l'avis d'un deuxième médecin. Mais ensuite, l'équipe médicale est seule habilitée à prendre une décision: continuer ou arrêter les soins entrepris.
C'est pour cela que la loi n'est pas bonne puisqu'elle ne permet pas le respect des directives anticipées de façon générale. C'est au bon vouloir de l'équipe médicale dirigée par le médecin.

jacqueline.salenson 03/02/2020 11:59

C e qui veut dire demander la réunion collégiale par écrit, lettre recommandée avec accusé de réception?