Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

APPEL DU PROCUREUR contre la décision du tribunal de permettre aux médecin de reprendre leur travail...

Deux médecins ont été suspendus pour avoir aidé leurs patients à mourir chez eux en prescrivant du Midazolam à leur domicile : médicament de soins palliatifs contre la douleur courant en soins palliatifs hospitaliers.

Le généraliste a pu se procurer le médicament réservé aux pharmacies d’hôpital grâce à son épouse médecin hospitalier : apparemment crime de lèse majesté…

Pourquoi un généraliste n’aurait-il pas accès à ces médicaments bien connus ?

Depuis le début du procès, la loi permet désormais aux généralistes de s’en servir…

Oh ! Non sans des précautions telles que cela leur sera impossible… ou presque :

un « collège » c’est-à-dire un autre médecin, infirmier, aide soignant… doit être convoqué auparavant… si toutefois le médecin ne connaissait pas son métier…

ce qui est le cas en hôpital mais plus facile à réaliser…

de toutes façons cela n’a rien d’un vrai « collège » au sens juridique : groupe d’un nombre impair de personnes indépendantes dont la décision est prise à 50 % des voix plus une.

Le tribunal a levé l’interdiction d’exercer des deux médecins,

MAIS le procureur vient de faire appel donc ils n’ont toujours pas le droit d’exercer…

Pourquoi cet appel alors que la loi modifiée vient de permettre ce qu’ils ont fait ?

Le faux « collège » de la loi Leonetti est formée d’une équipe médicale (dont les infirmiers, aide soignants sont dépendants du chef de service…)

et d’un deuxième médecin de façon facultative : sur demande spéciale soit d’un membre de l’équipe soit de la personne de confiance du patient dûment nommée par écrit ( à défaut d’un proche) ou du patient s’il peut encore s’exprimer.

La majorité des équipes médicales exige un consensus absolu donc 100 % des voix pour la décision finale qui revient au chef de service seul responsable de la décision.

Le patient n’a pas voix prioritaire : une seule voix de lui ou de sa personne de confiance, la lecture de ses directives anticipées s’il les a écrites… que nul n’a l’obligation de respecter, même si on le conseille.

Qui est la majesté en question ? Notre système de santé actuel,

que nous payons pourtant de gré ou de force, sécurité sociale oblige qui ne contraint en rien les médecins de s’installer où on a besoin d’eux… où trop de médecins généralistes exercent encore en libéral et non pas en médecine publique,

qui interdit aux généralistes d’utiliser certains médicaments réservés aux hôpitaux…

Pourquoi ?

Les généralistes seraient-ils des médecins de 2ème zone ? Méprisés par leurs confrères hospitaliers ? Ils ont le même niveau de diplôme que les autres…

On voudrait que tout le monde meurt à l’hôpital, on ne s’y prendrait pas autrement ! Et pourtant la majorité des français rêvent de mourir chez eux…

Les SP hospitaliers (et les associations d'accompagnement le plus souvent cathos intégristes)  veulent la main mise sur notre mort : hospitalisation à domicile possible mais sous la houlette de ces médecins qui se veulent spécialistes de la mort…

Leur but : tout faire pour empêcher la loi d’autoriser l’euthanasie médicalisée à la demande du patient… alors que les services spécialisés de SP sont accessibles à très peu de gens, même pour ceux qui le souhaitent… et que c’est normal, aucune raison de faire de la mort une spécialité :

ces services sont surtout destinés à la recherche pour soulager les souffrances de la fin de la vie, important certes, mais on ne demande même pas aux patients l’autorisation de servir de cobaye de la Science… ce qu’on devrait faire par honnêteté.

Non la mort n’a rien d’exceptionnel, elle touche tout le monde, hommes femmes enfants vieillards, handicapés, malades ou en pleine santé et on n’en guérit pas.

Nul médecin n’y peut rien.

On peut parfois prolonger les vies avec des maladies chroniques et des handicaps plus ou moins lourds, mais on ne peut pas empêcher de mourir,

il faudrait que notre système de santé le comprenne et cesse de faire croire aux gens que la Science peut des miracles…

https://www.change.org/p/battons-nous-pour-obtenir-une-loi-sur-l-aide-active-%C3%A0-mourir/u/25791461?recruiter=54103486&recruited_by_id=c44649b0-ba63-0130-ad81-38ac6f16d25f

https://mortchoisie.org/2020/02/22/fin-de-vie-haute-autorite-de-sante/

https://www.facebook.com/AssoLeChoix/?__tn__=%2Cd%2CP-R&eid=ARCuZAMmg0t32m2vHnRxWv75-kAn7LW9oVh5XxU44iIoarcRAEiFH2BCtfzFG2fgWSW8VUU4r6Yh54HP

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article