Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

COLLÈGE DÉCISIONNEL DANS LA LOI DE SANTÉ : « droits des malades et de la fin de vie » , dite Leonetti Clayes : UNE ARNAQUE !

Ce n’est pas un collège au sens juridique du terme :

au sens juridique, un collège est formé d’un nombre impair de personnes indépendantes qui décident à la majorité plus un.

C’est un grand mot utilisé à tort : c’est simplement le médecin et son équipe (donc hospitalière) qui décide de la poursuite ou non des traitements et soins pour un malade incurable proche de la mort.

Ce collège se réunit à la demande de l’un de ses membres ou du malade ou de sa personne de confiance (à défaut demande d’un proche)

Il peut être fait appel à un deuxième médecin mais ce n’est pas obligatoire.

Le 2ème médecin peut être demandé par le malade ou sa personne de confiance ou le médecin en charge du malade lui même ou un membre de son équipe.

Il est bien évidemment que l’équipe médicale soumise hiérarchiquement au médecin n’en est pas indépendante.

On sait que la plupart des équipes médicales demandent un accord décisionnel à 100 % !!!

Le malade ou sa personne de confiance ne sont pas invités à la discussion collégiale et n’ont donc aucune voix décisionnelle.

Bien sûr il est demandé que l’équipe médicale ait pris connaissance des directives anticipées et on lui recommande de les suivre,

  • mais pas jusqu’à la demande de suicide assisté (interdit : loi de non assistance à personne en danger)

  • ou d’euthanasie (considérée comme un meurtre, puisqu’elle n’a toujours pas d’existence juridique.)

CE NE SONT QUE DES RECOMMANDATIONS,

le médecin peut faire ce qu’il veut en urgence (pas le temps de lire les directives!)

si vous avez refusez la réanimation artificielle, on la pratiquera d’abord, tant pis pour vous !

ou sil estime les directives « inappropriées »… sans qu’on sache ce que çà recouvre…

C’EST TOUJOURS LE MÉDECIN QUI DÉCIDE DE NOS VIES !

LES LOIS DOIVENT CHANGER :

  • Loi de santé qui ne doit plus discriminer les malades en fin de vie des autres malades

  • Loi de santé qui doit obligatoirement permettre aux médecins de suivre les directives anticipées quelles qu’elles soient, y compris demande d’aide à mourir active ou passive.

  • Loi sur la non assistance à personne en danger qui doit distinguer le cas des personnes en souffrances incurables pour qui la mort n’est pas un danger mais la délivrance cherchée.

CRÉER SI BESOIN UN VRAI COLLÈGE DÉCISIONNEL modèle juridique :

  • 4 membres de la médecine officielle : médecin, infirmier, aide soignant indépendants, un deuxième médecin indépendant,

  • le malade ou sa personne de confiance, avec avis prioritaire,

  • 4 personnes neutres civiles, amies du malade ou étrangères.

Avec décision prise à la majorité plus une voix.

De façon que l’équipe médicale ne soit plus systématiquement majoritaire contre la demande du malade mourant.

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article