Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

attaque en règle des anti-euthanasie

http://www.libertepolitique.com/L-information/Decryptage/Euthanasie-peine-de-mort

quel plaidoyer contre la liberté de tout être humain!

contre le droit de chacun de croire ou ne pas croire en une dignité divine, qui serait automatique pour tout être humain (au contraire des autres animaux, car l'être humain n'est qu'un mammifère parmi les autres, plus intelligent? peut-être? plus malveillant pour les autres et la planète? sans aucun doute...)

je ne peux évidemment pas être d'accord avec vous

je ne crois pas en un Dieu qui nous surveillerait, nous donnerait blâmes ou satisficits... en un Dieu qui nous jugerait maintenant et au jugement dernier...

dommage? je ne sais pas … mais comment pourrais-je croire en quelque chose qui me parait absurde? l'être humain a bien assez de peine à vivre, sur terre et avec les autres, pour se passer d'un Dieu vengeur et soi-disant créateur.

je préfère m'occuper de ma vie terrestre, pour vivre le mieux possible et aider les autres à vivre, je n'ai pas besoin de la religion catholique ou d'une autre pour cela.

pourquoi refuser d'accompagner les autres vers la mort selon leurs choix?

quel refus de compassion, d'empathie!

ne croyez pas que la manne des EHPAD, qui rapportent des fortunes et poussent comme des petits pains partout (conseil de placement de la revue Capital, très récente), va disparaître si on autorise dans certains cas l'aide à mourir (je préfère ce mot à celui d'euthanasie que chacun définit différemment)

cela a été fait dans d'autres pays, et la rage de vivre des humains ne s'est pas arrêté pour autant:

seuls 2% de ceux qui vont bientôt mourir demandent de l'aide, parce que c'est leur philosophie stoicienne, et/ou parce que la vie qui leur reste leur parait un martyre inutile.

j'ignore le % de personnes qui se plaisent à souffrir, mais je sais qu'ils existent, à cause d'ailleurs des religions monothéistes qui encouragent la souffrance et aiment la mort, début d'une autre vie, superbe et facile celle-là, d'autant qu'on a plus souffert sur terre...

manipulation de gens qui veulent garder le pouvoir sur les autres, conserver l'écart riches/pauvres, puisqu'ils font partie des riches, qui ont peur des pauvres et de leur révolte éventuelle, étouffée sous les dogmes qui les arrangent

riches et puissants savent comment mourir en douceur s'ils le veulent, eux ont les moyens d'aller en Suisse s'ils le désirent, alors tant pis pour les autres, qu'ils méprisent

on sait que Mitterrand a été aidé, et tant mieux s'il a minimisé les souffrances de l'agonie, on sait que des prélats ont été aidés, tant mieux pour eux...

faites ce que je dis mais pas ce que je fais... ce n'est pas ma moralité!

 

n'oublions pas que la loi actuelle ne donne que des conseils aux médecins, mais ne les oblige en rien à les suivre: certes, le verbe "doit" employé rend les instructions "obligatoires", mais sans contrôles ni sanctions prévues, il est facile de ne pas appliquer la loi pour ceux qui ne veulent ni la connaitre ni l'appliquer: la seule méthode qui nous reste, nous autres usagers de la santé, est la plainte: CRUQPC, Ordre des médecins, CRCI, tribunaux... pas facile à gérer pour un mourant!

les médecins ont le champ libre! et certains en abusent (pas tous fort heureusement... mais ils sont trop rares, ceux qui écoutent leur "patient", le connaissent bien, et l'accompagnent pour une fin de vie sans souffrances, selon leurs choix (pour tous ceux qui refusent l'acharnement et ne veulent pas des souffrances, la loi permet aux médecins de les satisfaire, mais ne les y oblige pas vraiment)

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article