Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

deux hommes inoubliables ont quitté la scène- hommage

 

Jour de neige et de froid...

 

Deux hommes inoubliables ont quitté la scène :

 

Stéphane Hessel, qui, toujours jeune d'esprit, allant toujours de l'avant, a réveillé les foules avec son petit livret « indignez vous » !

 

père de la déclaration des droits de l'homme, il était partisan de décider de sa mort, à moins qu'elle ne décide pour lui...encore debout ou dormant.

 

suite au succès énorme de « indignez-vous », il a continué dans cette voie avec d'autres petits livres, dont un avec Edouard Morin, philosophe...

 

Henri Caillavet, militant admd pendant de longues années, sénateur actif. Il voulait mourir « debout », j'espère qu'il a pu vivre cette mort qu'il souhaitait.

 

HC a quitté l'admd en 2007 lorsque certains administrateurs refusaient le suicide assisté... déclarant à tous qu'il ne voulait plus entendre ni voir son nom associé à l'admd.

 

Par contre, il a tout de suite parrainé l'association naissante de Claude Hury, Ultime Liberté, qui restait dans la veine de l'admd créée par Michel Landa : militer pour la liberté de choisir sa mort, et possibilité d'y être aidé par des médecins lorsque les souffrances morales ou physiques deviennent trop pénibles.

 

Depuis l'admd est revenu aux vœux de ses adhérents : choisir leur fin de vie, et être aidé en cas de besoin pour éviter les affres d'une agonie pénible pour tous.

 

Aide à l'interruption volontaire de vie, que ce soit « suicide » où il s'agit seulement de fournir les médicaments adaptés ou « euthanasie » où l'aide d'un tiers est indispensable :

 

il s'agit de l'obtenir de la loi pour un système de santé respectueux des citoyens , actuellement trop soumis à une médecine technocrate... et une industrie pharmaceutique florissante ...

 

La scission est là, regrettable pour l'admd, mais peut-être pas pour les citoyens qui ont maintenant deux associations à leur disposition, pour les soutenir dans leurs vœux :

 

ils veulent une loi qui respecte les usagers de la santé, avec des médecins qui ne seront plus condamnés pour avoir aidé à mourir dans de bonnes conditions : soulager les souffrances de l'agonie, respecter les personnes.

 

Ma génération, le baby-boom, n'a pas connu les horreurs de la guerre, en France métropolitaine du moins, mes enfants non plus, mes petits enfants adolescents non plus...

 

ils ne voient la guerre qu'à la télé ou dans les jeux videos... filtre des images devenues irréelles...ou fictives...

 

La génération de mes pères l'avait connue, et leur regard sur la mort en était différente :

 

mort affreuse des soldats, morts des civils, de tout âge, dans les camps, morts sur les routes, morts du débarquement... alors ils étaient en proximité avec la mort et ne la craignaient pas.

 

Alors oui, ils voulaient mourir debout, maîtres d'eux mêmes... et ne pas participer aux charniers...

 

Le suicide ne leur faisait pas peur, l'aide à mourir qu'ils avaient pu donner dans la guerre en aidant les blessés trop graves pour survivre, leur paraissait un geste de compassion, d'aide humaine, tout simplement...

 

Eux savaient que la mort fait partie de la vie, que si on peut éviter les affres de l'agonie, c'est mieux pour tous, le mourant comme ses proches, comme ses soignants, et qu'il est du devoir des médecins de soulager les souffrances morales et physiques et d'accompagner leurs malades, en les respectant, quels que soient leurs choix.

 

Pourquoi contraindre les vieux, les malades au bord de l'agonie, les handicapés qui ne supportent plus leurs problèmes incurables, à des suicides violents quand il est possible de s'endormir en douceur, sans se réveiller...

 

mort douce... que beaucoup souhaitent naturelle si possible, mais sinon ?

 

Un peu d'aide par amour ? Sans utiliser l'oreiller du film ?

 

Sans être obligé de se pendre ou de se tirer un coup de fusil...

 

Une loi qui autoriserait l'aide des médecins dans certains cas, libérerait chacun de l'angoisse d'une mauvaise fin de vie, et libérerait les médecins de la peur du tribunal...

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article