Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

ined: intox!!! vers l'exception d'euthanasie...repris par tous les journaux!

 

Euthanasie clandestine « exceptionnelle » :

 

comment compte-t-on ce qui est clandestin, non avoué ???

 

comment demander une aide à mourir quand les médecins en déduisent que vous êtes en situation de démence, à tort (je l'ai vécu avec ma mère, 98 ans), donc que votre dire est une marque d'inconscience !

 

comment demander une euthanasie qu'on sait interdite?

 

que d'articles pour nous démontrer que la demande d'euthanasie reste exceptionnelle...

 

pour aller vers une loi d'exceptions ??? qui sera inapplicable....


C'EST DE L'INTOX!

QUI a intérêt à une loi qui traite des euthanasies comme d'exceptions rarissimes ???

 

Demande d'euthanasie aboutie : entre 1 à 2 % des mourants au Benelux, oui, normal

 

ce qui ferait entre 10000 et 20000 cas en France chaque année !!!

 

Rien d'exceptionnel ! Même si effectivement, ce n'est pas la majorité...

 

c'est peu, parce que ce n'est pas dans nos habitudes :

 

combien répondent à la demande de mourir d'une personne en fin de vie, en disant : on ne choisit pas sa mort, il FAUT subir, reste de catholicisme valorisant la souffrance rédemptrice, à force les personnes ne parlent plus de leur demande, puisqu'on ne les écoute pas...

 

c'est peu, parce que l'être humain s'accroche à la vie, naturellement

 

c'est beaucoup, parce que 10000 à 20000 cas ne peuvent pas être traités un par un, de façon différente d'un tribunal à l'autre, d'un hôpital à l'autre, d'un médecin à l'autre...

 

Pas plus exceptionnel sans doute que le nombre de ceux qui préfèrent souffrir (ce que des psys et les grands pontes de soins palliatifs nous serinent... ) plutôt que d'accélérer le processus de la mort en route (jamais mesuré...)

 

Seul un cadre défini par la loi, clair, peut permettre aux médecins de répondre à la demande d'aide sans craindre des sanctions variables auprès d'un tribunal.

 

La loi doit être faite pour tous,

 

ceux qui veulent souffrir et ceux qui le refusent,

ceux qui veulent prolonger leur vie au maximum de la science, et ceux qui le refusent,

ceux qui veulent une aide à mourir vite et en douceur, arrivés au bout de leur chemin de vie, et ceux qui n'en veulent pas, peu importe leur nombre...

 

et les médecins sont là pour soigner et accompagner tous les citoyens, quels que soient leur philosophie de vie, même si elle est différente de la leur...

 

ils ne sont pas là pour empêcher tout le monde de mourir, on sait que c'est impossible...

 

Ce qui reste exceptionnel est la médiatisation de certains cas, suite au militantisme de ces gens qui veulent que d'autres ne souffrent pas le même martyre qu'eux... merci à eux d'avoir accepté de parler de leur cas...

 

http://pourquoi-docteur.nouvelobs.com/L-euthanasie-reste-un-acte-marginal-en-France-1625.html

 

http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/l-euthanasie-exceptionnelle-en-france-selon-l-ined-03-12-2012-1538160_240.php


http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualite/questions-de-societe/selon-l-ined-les-actes-d-euthanasie-concernent-moins-de-1-des-deces


http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/Les-euthanasies-clandestines-sont-peu-nombreuses-en-France-_EP_-2012-12-03-883212

 

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fin-de-vie-a-peine-1-de-vraies-euthanasies_1194650.html

 

On remarquera que les médecins qui parlent dans la presse sont les grands pontes des soins palliatifs, tous imbibés de catholicisme virulent et militants pro-vie, dont la charte est contradictoire avec la loi Leonetti, puisqu'ils considèrent comme « meurtre » ou euthanasie pour eux (contrairement au sens originel du mot : bonne mort, qu'elle soit naturelle ou aidée) toute abstention de traitements, et pas seulement le fait d'aider à la venue de la mort (même si la vie est prolongée par la médecine, de façon pas naturelle du tout!).

 

La charte des soins palliatifs est calquée sur les Actes du Saint Siège1986 !! il faut le savoir....

 

La référence à Dieu a été supprimée, par décence ou mensonge ? Mais le dire est le même.

 

Pour eux, tout arrêt de traitement est un meurtre... Ils sont opposés même à la loi Leonetti...

 

Ce qui explique la réaction massive et virulente de ces grands pontes et malheureusement de nombreux médecins et soignants de soins palliatifs à toute euthanasie, même passive,

 

Ils refusent d'utiliser la loi ! Ils la connaissent très bien... Et ils n'en ont nulle obligation...

 

Et ils sont les seuls décideurs de nos vies et morts, de par la loi , qui entérine la toute-puissance médicale dans notre système de santé...

 

Aucun respect du « client », trop « patient » ... prévu dans notre système de santé...

 

Heureusement, tous les médecins ne refusent pas d'utiliser la loi... et certains sont à l'écoute de leurs clients...mais ils ont peur d'une loi mal faite, pas claire, en accord ni avec le code pénal ni avec le code civil français, qui pourrait les amener au tribunal sur dénonciation (déjà vu!), même si les condamnations sont rares et plus souvent symboliques qu'autre chose...

 

L'Ordre des médecins a déjà condamné le Dr Bonnemaison, alors que le tribunal n'a pas statué sur son cas, en lui interdisant de continuer d'exeercer son métier...

 

Deux justices différentes pour un seul médecin ?

 

Les « ordres » français, qui font leur justice eux-mêmes sont une survivance de l'état monarchique... ils ne devraient plus exister, une seule justice pour tous !

 

Les médecins généralistes n'ont pas accès aux médicaments de soins palliatifs, alors que la circulaire Laroque, 1986, apparemment oubliée de tous, leur fait obligation de donner ces soins, confisqués par des grands pontes anti-euthanasie par dogme, qui manipulent dans des services haut de gamme exceptionnels de soins palliatifs inaccessibles à la plupart des gens.

 

La loi est faite pour les médecins, pas pour les usagers de la Médecine !


La loi permet déjà l'euthanasie dite passive par la sédation terminale et la loi du double effet,

ceci n'est pas considéré par la loi comme un meurtre,

pourvu que l'intention ne soit pas de donner la mort mais de soulager les souffrances (hypocrisie maximale, car tous savent que trop de médicaments sédatifs accélèrent la mort)

Il est bon de rappeler que le mot « euthanasie » n'existe pas dans la loi française,

l' euthanasie passive n'est pas considérée comme une « vraie » euthanasie,

elle est autorisée (double effet) mais

elle ne peut être pratiquée que selon le bon vouloir du médecin et seulement « pour soulager les souffrances » , pas pour répondre à la demande du patient !

Du moins en théorie, car chaque médecin s'arrange comme il peut, selon son degré de compassion et d'humanité. Nul n'est dans son cerveau pour déterminer son intention....

mais le code pénal français condamne pour meurtre dès lors qu'il y a eu intentionde tuer...

il ne dit pas comment on peut connaître cette intention...

et l'absence de traitement peut être considéré comme non assistance à personne en danger (loi qui date de Pétain!)

 

RAPPEL

seul le médecin décide de prolonger notre vie ou de l'arrêter, c'est la loi actuelle!!!
le "patient" n'a pas droit à la parole... ou si peu :

  • le « patient » peut certes dire, écrire ses directives, mais

  • le médecin n'est pas tenu de l'écouter, ni de suivre ses directives anticipées, même réitérées depuis longtemps...

  • le médecin a tous les droits, le patient aucun ! Ou si peu...

  •  

  • C'est pourtant sa vie et son corps, qui lui appartiennent, et n'appartienne ni à un dieu auquel il ne croit pas forcément, ni à une religion qui n'est pas la sienne, ni à la société soi-disant démocratique de notre République laïque, où toutes les philosophies de vie devraient être reconnues et acceptées... pourvu qu'elles ne portent pas tort aux autres.

Les médecins sont tout puissants, aucun contrôle de leur travail, aucune sanction prévue par avance, ce qui explique la poursuite des acharnements et des abandons médicaux, des souffrances non soulagées, malgré le devoir médical ! (dit par un médecin!!!)

Comment peut-on refuser un traitement lorsqu'on vous l'inflige de nuit, sans vous avoir demandé avant ce que vous en pensiez ni avoir consulté votre personne de confiance? (vécu)

c'est contraire à la loi, mais pratiqué tous les jours en hôpital...

 

Quel tort et à qui ? peut bien faire un mourant en devançant un peu son heure, en refusant les prolongations artificielles...

question de gain et d'argent... l'or gris... l'industrie pharmaceutique...


Lesdemandes d'aide à mourir seraient plus nombreuses si on les écoutait les citoyens, les euthanasies clandestines sont très souvent pratiquées par des médecins honnêtes, soucieux de répondre à la détresse et à la demande de leur "patient"

 

On doit légaliser la permission faite aux médecins de répondre aux demandes d'aide à mourir, même s'il n'y en avait qu'une!!!

pour qu'ils cessent de craindre le tribunal en accompagnant leurs malades...

 

Il faut définir le cadre précis dans lequel les médecins pourraient répondre à la demande, rare ou pas, prévoir contrôles et sanctions pour les médecins qui n'appliquent pas la loi …

 

 

 

 

 



 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article