Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

REPONSE à ceux qui veulent nous endoctriner

et soumettre notre république française au Vatican et autres puissances d'églises:

http://www.pelerin.info/Signe-des-temps/L-actu-autrement/Fabrice-Hadjadj-philosophe-M.-le-President-ne-confondez-pas-laicite-et-laicisme

Collectif « en marche pour la vie »

http://enmarchepourlavie.fr/hollande-president-le-20-janvier-2013-nous-marcherons-aussi-contre-leuthanasie


Je ne suis pas d'accord avec vous,

vos valeurs ne sont pas les miennes, elles nient celles de la République française,

liées aux Révolutions françaises, à la Commune, au rejet des dogmes religieux qui font la puissance des églises (et autres sectes).

je refuse la soumission aux dogmes religieux, tant catholique que tout autre.

 

attention: permettre n'est pas obliger!!!

oui je suis pour permettre l'avortement (sans l'encourager) : il faut  encourager la contraception

oui, je suis pour permettre l'euthanasie et le suicide assisté, pas pour l'encourager encore moins l'obliger... là ce serait un crime...mais il faut obliger les médecins à respecter leurs clients, les citoyens, à respecter les lois, que ce ne soit surtout pas eux qui décident de nos vies (ni de notre mort), pas plus que les familles (qu'il faudrait définir...): il faut encourager les citoyens à réfléchir aux conditions possibles de leur vie et fin de vie, de façon à ce qu'ils puissent exprimer leurs idées sur ce sujet, et les écrire dès 18 ans...

oui, je suis pour la liberté, du moment qu'elle ne porte pas tort à autrui.  

l'embryon n'est pas un être humain, il n'existe pas encore en tant que tel, et n'existera peut-être jamais en tant que tel, de façon naturelle: fausses couches et décès à l'accouchement existent, et existeront toujours.

celui qui disparait de la scène sociale en mourant ne porte tort à personne, c'est la loi de la nature, qu'il parte un peu plus tôt ou un peu plus tard ne change rien.

 

laicité chrétienne/ je ne connais pas, c'est nouveau... :

certes la mission évangélisatrice de l'Eglise a été menée par des prêtres, des curés, mais aussi par des « laics » catholiques, ce n'est pas ma définition de la laicité :

je ne connais que la laicité de la République, celle de 1905 :

Non à l'utilisation de l'argent public pour des institutions privées, religieuses ou non.

Oui à la vie commune dans la république de croyances diverses et d'athéisme, qui relèvent de la vie privée et non pas de la République, qui doit les réunir tous, dans la paix : éviter les guerres venant des dogmes différents, que chacun arbore l'arme au poing...

 

L'école dite libre (et religieuse, le plus souvent catholique) n'est pas libre, puisqu'on y impose aux enfants prières, catéchisme, embrigadement...

 

La seule école libre est celle de la République, celle de Jules Ferry, et de ses amis, hors de toute croyance ou religion, celle qui forme des citoyens, qui donne les moyens de la critique constructive, de la création de nouvelles idées, de l'évolution nécessaire à toute société, par la connaissance, la raison, la logique, les émotions, humaines par essence, n'étant pas exclues ni interdites.

Ecole qui brasse des origines différentes, des catégories sociales différentes au grand profit du respect de l'Autre dans sa diversité, donc de la paix future pour les peuples.

Peut-on l'améliorer ? oui, sans aucun doute, tout peut être amélioré...

Les autres écoles peuvent exister, aux parents de la payer, s'ils veulent soumettre leurs enfants à leurs croyances et les empêcher de se mêler à des gens différents...

 

L'hopital public et les soins doivent être accessibles à tous, pour une meilleure santé, une meilleure aide à vivre (et à mourir) à ceux qui en ont besoin. Il ne doit plus être soumis, ni aux médecins, ni à l'industrie pharmaceutique, ni aux dogmes religieux.

Evidemment les médecins et l'industrie pharmaceutique doivent y être contrôlés, voire sanctionnés en cas de non respect de la loi (loi du système de santé qui devra êre modifié pour le respect de chaque citoyen)

 

Ce ne sont pas des lois pro-mort que je souhaite, mais au contraire pro-vie, une « vraie » vie, humaine : capacités de bouger, de communiquer, de réfléchir, d'utiliser ses sens, même avec quelque handicap, et de l'aide : à chacun de définir quel handicap et quelle aide il peut ou non accepter pour lui-même, nous sommes tous différents.

Je souhaite que chacun définisse lui-même sa dignité, sa philosophie de vie donc sa fin de vie, selon son choix, et que ceci soit respecté par une République qui a malheureusement perdu en partie ses valeurs fondatrices, de la révolution française :

 

halte à un écart excessif entre riches et pauvres, l'idéal pour moi serait le partage des richesses...

 

halte à l'égémonie indue que recherche toujours l'Eglise catholique romaine :

la France compte des catholiques orthodoxes, des protestants de diverses tendances, des juifs modérés, intégristes ou non pratiquants, et même incroyants, des musulmans, de divers schismes, des bouddhistes, confucianistes, animistes, et beaucoup d'incroyants, d'athées, anticléricaux ou non.

Notre civilisation est d'abord gréco-romaine, avant d'être marqué par l'église non pas chrétienne mais catholique romaine, toute puissante et régnante par l'intermédiaire des rois et empereurs pendant des siècles, depuis St Paul, puissance et argent faisant bon ménage au détriment des pauvres qu'on préfère ignorants, pour qu'ils croient... les billevées qu'on leur raconte... pour qu'ils acceptent leur misère et ne se révoltent pas.

Catholiques remis en question par les divers protestantismes, massacrés par des catholiques persuadés d'avoir raison... catholiques qui ont massacré musulmans et juifs pendant des siècles... au nom de leur dogme... Il y eu certes une époque où les musulmans (plus forts) massacraient les catholiques aussi, les protestants et les juifs n'ont guère tué que pour se défendre... moins forts pour attaquer ? Ou plus souples dans l'acceptation de l'Autre ? Pas sûr...

Les gouvernements (occident, asie, amérique, australie, etc...)ont toujours utilisé les religions et leurs prêtres pour convaincre les pauvres de tuer et d'aller se faire tuer dans des guerres en réalité économiques: expansion des marchés, des terres, pour le bien des riches et puissants en priorité... eux bien à l'abri des coups, le plus souvent...Là il n'est pas question de préserver la vie... on tue au nom de son Dieu, même si l'ennemi a le même Dieu...

 

Je souhaite que nos enfants soient désirés, aimés, qu'on ne lise plus dans les faits divers qu'une mère ou un père a tué voire torturé son enfant, parce qu'il a été subi, non désiré, que la haine l'a emporté sur l'amour, qui ne se construit que dans le désir.

oui, à la possibilité d'avortement, si la femme n'est pas prête à accepter le futur enfant (l'embryon n'est pas un enfant : de façon naturelle, il ne le devient pas toujours, les fausses couches naturelles existent et ont toujours existé)

oui, à une contraception mieux expliquée et diffusée largement


Je souhaite que nos jeunes puissent expérimenter leurs amours débutantes avec des préservatifs, pour se protéger des maladies et des enfants non désirés : sida et autres maladies vénériennes, qu'ils puissent choisir des partenaires de même sexe ou d'un autre (nous voyons bien, dès la lecture de la Bible que la nature profonde de l'être humain est la bisexualité, et que l'hétérosexualité est la forme nécessaire pour la procréation seulement, pas pour l'amour, qui peut être bien plus large et aller au delà des sexualités d'une forme ou d'une autre, l'amour n'est pas forcément sexuel...ni procréateur), le même toute la vie ou plusieurs au cours de la vie.

La langue française est très pauvre en mots pour désigner l'amour, il faut y ajouter des adjectifs pour comprendre ce dont il s'agit... : amour filial, amour maternel, paternel, amour possessif, amour de pygmalion, amour platonique, amour réciproque, amour libre, amour pour les animaux, pour des objets...amour fraternel (pour les sœurs???), amour-amitié, amour universel... que de complications... générant des incompréhensions mutuelles...

 

L'envie de fonder une « famille » ou faire des enfants n'est pas universelle :

de tous temps, il y a eu des célibataires hommes et femmes sans enfants (obligation pour les moines et les « soeurs », les prêtres catholiques), et des couples procréateurs, par choix ou par obligation (familiale, sociale, etc...), par amour ou sans amour :

le mariage amoureux est très récent, romantique, devenu très occidental maintenant...

le mariage est en réalité une institution visant à la protection du patrimoine, voire à son augmentation, institution sociale par essence, pour les riches...

l'Eglise l'a imposé aux pauvres qui n'en voyaient pas l'intérêt, pour obliger esclaves puis ouvriers et employés à ne pas quitter leur patron, qui en avait besoin...

 

L'Eglise de St Paul (bien après Jésus), a toujours valorisé la mort, la souffrance, la haine de l'Autre, haine de la femme, réduite à un ventre animal: mère ou pute, mais pas « humaine » : on ne lui reconaissait pas d'âme... , valorisation de la richesse … donc de la misère  (qui permet la richesse des autres): les pauvres auront leur récompense après leur mort...,

belle façon d'endoctriner pour satisfaire ses propres besoins aux dépens des autres...

elle ne représente en aucun cas mes valeurs...

il me semble que ce n'était pas non plus celles qu'on attribue à Jésus...

 

Choisir de faire ou d'élever des enfants (les siens ou d'autres), c'est se projeter dans l'avenir, poursuivre la vie de l'espèce humaine : là est l'éternité (relative, car de nombreuses espèces ont disparu au cours des millénaires qui nous précèdent, l'espèce humaine échappera-t-elle à cette loi de la nature ? Aucune idée... bien qu'elle ait déjà largement de quoi se suicider avec les bombes nucélaires et les armes chimiques ... ).

Les artistes, les créateurs, les architectes participent aussi à « l'éternité », avec des œuvres qui résistent au temps... on regarde encore les pyramides égyptiennes et celles des Aztèques … on regarde encore les mégalithes , on peut lire des écrivains dont les œuvres datent de 3000 ans... on observe les dessins dans les grottes dessinés par de lointains ancêtres...

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article