Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

suite à la conférence de florence plon à la baule le 2 nov 2012

l'admd milite pour l'ultime liberté

Florence Plon, psychanalyste, a donné une conférence à la Baule, sur notre façon de percevoir la mort, celle de nos proches, et la nôtre. Cela ouvrait le débat sur les « choix » de fin de vie avec l'auditoire et les adhérents de l'association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD) qui organisait cette rencontre.

Salle des floralies à la Baule, ce 2 novembre, jour des morts, le sujet de la conférence organisée par l'association pour le droit à mourir dans la dignité posait la question du choix de notre fin de vie.

Enfin du choix, pas si simple puisque (in)justement nous n'avons pas toujours la décision le moment venu.

Les mots ont un sens

Florence Plon explique d'une voix claire devant 150 personnes environ, lentement, s'appuyant sur un texte très précisément écrit que la mort nous dérange, que nous ne la nommons pas, (« il est parti », « il nous a quittés »). Les rites mortuaires se sont réduits, « les proches sont loin », « la mort s'est exclue de la vie, elle est devenue taboue ». Nous souhaitons, protéger, ne pas inquiéter.

Pour Florence Plon il faut dire les choses, parce que ne pas dire c'est « dépouiller » « prendre une position de pouvoir », il est nécessaire de faire « participer ». La mort doit être annoncée, y compris aux enfants, il faut leur éviter les silences et les chuchotements qui laisseront des traces sévères, « la souffrance doit être affrontée ». Pourtant même les soignants ne sont pas toujours formés. « Nous avons la peur de l'autre devant son chagrin, nous refoulons la crainte d'être rejetés ».« Nous mourons un peu plus à chaque fois ».

Florence Plon n'est pas en accord avec l'expression « faire son deuil », elle dit « au mieux on le traverse ».
Elle explique aussi comment on aide l'enfant à grandir, à se structurer, à accepter la séparation, en sachant lui dire « non !», c'est un bénéfice futur.

Accepter la séparation, c'est aussi reconnaître « quelle part de chacun disparaît, (une place de frère, de parent )». Il faut « réinjecter du sens », l'accompagnement est important, même ponctuel, ce peut être  la religion. Selon la psychanalyste, on peut se faire aider « pour dormir », mais le deuil « ne doit pas se passer dans l'anesthésie », « il faut une parole qui circule ». Cette parole doit être entendue par «des gens ouverts, qui ne se projettent pas personnellement ». Il faut « écouter », ne pas « régler ses propres souffrances »(risques des écoutes par des bénévoles sans formation suffisante).

Choisir d'être sujet, pas objet

Pour Florence Plon la personne doit « oser être elle-même dans ses choix. S'il reste quelque chose au-delà de la perte c'est la richesse du désir ». Il est important «qu'une personne soit un acteur, qu'elle fasse ses derniers pas, qu'elle laisse sa trace, son style, jusqu'au bout et parte en accord ». C'est construire du lien. Vivre la perte c'est « la regarder en face ».

Oui, mais comment faire ?

Depuis la loi du 22 avril 2005, la mort peut être accélérée par la sédation terminale et le double effet des antalgiques.

La décision est prise par le médecin.

Pour l'admd (50 000 adhérents) ce devrait être le seul patient qui décide, directement ou par ses « directives anticipées ».

Depuis 1980 l'association milite pour une loi « d'ultime liberté » qui permette à chacun de choisir les conditions de sa fin de vie, pour une aide active à mourir ou un suicide médicalement assisté, pour un accès aux soins palliatifs pour tous.

Les directives anticipées

Chacun peut réfléchir à sa propre fin, la préparer, organiser ses funérailles, dire s'il est donneur d'organes, décider ce qu'il veut et qu'il ne veut pas à la fin de sa vie etc..

Le document dit des « directives anticipées » doit être authentifiéet avoir moins de trois ans, il peut nommer une « personne de confiance ».

La loi Léonetti est jugée insuffisante par l'auditoire.

La demande de mourir dans la dignité est rapprochée de la demande du droit à l'avortement.

« Les médecins ont peur, si vous avez la carte, c'est mieux pour eux » indique une dame.

L'association indique qu'elle a invité les 1463 médecins généralistes de Loire-Atlantique à venir débattre, 14 ont répondu, deux viendront.

« Des médecins accompagnent, mais à leurs risques, on ne peut pas leur demander de transgresser la loi »

« Pourquoi pas une décision collégiale ? Trois personnes par exemple, qu'un médecin ne soit pas seul »entend-on dans la salle.

La position de Marie Odile-Bouillé

La députée socialiste, sage-femme, est sensible à ce sujet, elle veut faire évoluer la loi. Présente dans la salle, elle explique que pour faire changer les choses, il faut « faire voter les députés » et elle ajoute :« c'est pourquoi il faut écrire à vos députés »





media-web.fr le 2 novembre 2012 Bas du formulaire

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article