Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

un procureur veut mettre un médecin "humain" en prison quelle justice avons-nous?

6 sept 2011

halte à l'hypocrisie de « l'ordre des médecins », toujours opposés aux changements, avortement ou euthanasie possibles et légalisées... que l'on sait rétrograde...

et qui d'autre parle dans les médias?

Curieusement l'évêque de Bayonne, comme si c'était à lui de faire les lois françaises et de vérifier leur application... où est la séparation de l'église et de l'état???

 

abréger la vie pour soulager les souffrances? c'est légal, dans la loi Leonetti, en tant que risque inhérent aux médicaments qui soulagent les souffrances.

que le médecin soit seul décideur lorsque la personne n'a pas écrit ses directives anticipées et ne peut plus s'exprimer, est légal, il faut bien que quelqu'un décide d'un prolongement de vie (survie) ou pas, la médecine prolonge artificiellement la vie. certes,il doit prendre auparavant l'avis de la personne de confiance (à défaut, la famille, rarement unie! ce qui complique teriblement sa tâche...), et celle de l'équipe médicale, s'il y en a. Mais cela n'est qu'un avis, qu'il n'a nulle obligation de suivre.

Il semble qu'il ait parlé avec les familles, et pas avec l'équipe médicale... d'une part parce qu'il est médecin d'urgence, d'autre part, parce que la dénonciation venant de là, l'équipe n'en était pas véritablement une.


l'hypocrisie vient du fait que si le médecin emploie un produit trop rapide, on ne peut plus faire semblant de prendre un risque qui est, de fait, une certitude:

tous savent que morphine+ hypnovel à hautes doses facilitent la mort, mais

si on ne va pas trop vite, on peut faire semblant de ne pas l'avoir recherché...

si çà va vite, certains parlent de "tuer" alors qu'il s'agit de faciliter la mort d'un mourant qui va encore souffrir sinon...en ne prolongeant pas cette vie.

 

on a obtenu le droit à l'avortement, certes malheureusement remis en cause dans sa pratique insidieusement depuis quelque temps...

il faut se battre pour obtenir le droit à cette euthanasie de fin de vie, pour ceux qui la réclament.

Écrivez vos volontés de fin de vie !!!

il faut que les citoyens prennent l'habitude de penser à ce qu'ils veulent ou ne veulent pas comme fin de vie et qu'ils l'écrivent, tant pour eux-mêmes (voir respecter ses volontés, c'est voir sa dignité de vie respectée) que pour protéger les médecins qui suivraient leurs demandes.

dès 18 ans, pensez à écrire vos directives anticipées : l'admd vous y aide, tant pour la réflexion que pour des modèles de papiers. la mort et son cortège de souffrances d'agonie peut atteindre tout le monde, jeunes et vieux, en bonne santé ou malades. Nommer votre personne de confiance, chargée de les faire respecter.


défendons-nous contre des médecins qui veulent que l'on poursuive notre vie comme des "légumes"... survie dont la plupart des gens ne veulent pas.

Nous remercions tous ces médecins qui abrègent non pas la vie, mais l'agonie.

 

Nous ne voulons pas de prolongation de vie systématique, seulement si la vie qui nous reste vaut la peine d'être vécue, qu'elle nous laisse la pensée, et la communication, et plus encore, selon l'avis de chacun.

 

Pascal disait : la dignité est la pensée. Sans pensée, pas d'être « humain ». Encore faut-il que cette pensée puisse s'exprimer, et recevoir la pensée de l'autre. Et nous savons que le seul pouvoir de la pensée ne suffit pas forcément à rendre la vie acceptable, le corps compte évidemment aussi, et chacun met des limites différentes à son bien-être (qui définit la santé), donc à sa dignité.


ce médecin en prison? NON !

et pourquoi pas tous ses collègues, nombreux, qui procèdent ainsi, mais ont la chance de ne pas être dénoncés par des collègues... ?

1000 signatures de médecins au procès de Périgueux, disant qu'il sont aidé à mourir des personnes en fin de vie, pour leur éviter les souffrances d'une longue agonie, combien cette fois-ci?

 

aucun de ceux qui ont signé la pétition de périgueux n'a été inquiété... alors pourquoi celui-là le serait?

enquête, peut-être procès... cela ne suffit-il pas?

il a déjà perdu son travail, ses revenus... avant que l'on sache exactement ce qu'on peut lui reprocher, pourquoi la prison préventive? serait-il un récédiviste dangereux? non, bien évidemment... il ne tuera personne dans la rue...

c'est un "honnête homme" au sens de Montaigne, qui a voulu soulager des souffrances comme il a pu... malgré une loi très mal faite...malgré des citoyens qui n'écrivent pas leurs volontés...

 

ensuite, je ne connais pas le dossier, et il a pu faire une erreur d'appréciation, ce qui n'est pas un crime! l'enquête le dira.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article