Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 09:41

Je relève:

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2015/02/09/23357-demandes-ehpad-vont-exploser-dici-2030

 

« Si l'espérance de vie explose, l'espérance de vie sans incapacité, elle, stagne.

Environ vingt ans de vie avec handicaps plus ou moins lourds !

Les années de vie que l'on gagne ne sont pas identiques à celles de nos vingt ans, mais plutôt à celles de nos quatre-vingts ou quatre-vingt-dix ans!

Autrement dit, il y aura de plus en plus de gens très âgés et fragiles.

Et cette période de fragilité est susceptible de basculer à tout moment vers une perte de l'autonomie. Or, lorsqu'il y a des troubles cognitifs à la clé, le choix se limite à partir vivre chez un enfant suffisamment disponible ou à rentrer dans une institution comme l'EHPAD »

 

QUESTION :

Faut-il continuer à donner des mois ou années de plus de vie pour une vie où la personne ne se reconnaît plus, a perdu toute autonomie, en particulier à cause de troubles du cerveau induits souvent par des soins agressifs et déraisonnables, parfois refusés par le malade mais donnés sous la contrainte (cela a été le cas de ma mère) , destinés à sauvegarder une vie, quelle que soit l'état de cette vie ?

Pour ma part je pense que NON .

Une société qui préfère les vies végétatives aux vraies vies va très mal.

 

On oublie que la plupart des personnes encore conscientes refusent de vivre dans ces pensions surchargées et souvent maltraitantes.

Elles s'y résignent faute d'autre solution dès lors qu'on leur refuse ce qu'elles souhaitent souvent mais n'osent pas dire : une mort douce aidée par la médecine, entourées de leurs proches.

 

En cas de nécessité de vie collective, par commodité pour les proches dépassés par les événements, les personnes pencheraient vers de petits unités de 12 personnes maximum, des studios ou deux pièces indépendants, de préférence entre personnes ayant quelques points communs.

Nul ne souhaite aller dans les usines à fric que sont les grands EHPAD, de plus en plus grands, où les gens se perdent.

 

Lorsqu'on a vécu la dernière période de sa vie seul ou en couple, les enfants partis depuis longtemps s'il y en a eu, on supporte très mal le régime de la vie collective, sans intimité possible :

  • même chambre pour tous, toujours ouverte à tous (on dit que la personne est « chez elle » mais comme la porte n'est jamais fermée – pour secours éventuel - en réalité on la rend dépendante de la volonté des administrateurs et soignants… non, elle n'est pas chez elle puisqu'elle n'a pas droit à l'intimité de la porte fermée),

  • même repas pour tous, en quantité et qualité, comme si les vieux n'avaient pas droit à des préférences alimentaires, comme si les petits maigres mangeaient la même quantité que les grands et gros (pour parler des extrêmes) , comme s'il n'y avait pas de petits appétits et de gros appétits en dehors de la constitution,

    ce qui fait que de nombreux plateaux repas partent directement à la poubelle, un gâchis énorme et scandaleux.

La sécurité est soi-disant assurée par ces boutons rouges d'appel au secours que la personne qui a « perdu la tête » ne reconnaît pas, donc cela ne sert à rien.

Alors pour surveiller les chutes fréquentes, on parque les vieux dans la salle commune, voire dans les couloirs d'entrée (distraction assurée par les entrées et sorties des visiteurs ou du personnel) sur des chaises plus qu'inconfortables (pas d'argent pour des fauteuils relax enveloppants, avec surélévation des jambes) et on voit les têtes et les dos se courber par la somnolence sur la chaise, les jambes enfler du fait de la position assise permanente… phlébites à la clé…

Par manque de personnel : entre 2 et 3 aides soignants pour 80 résidents, qui doivent assurer en plus des soins de base les repas et le ménage, une infirmière de jour, rarement de nuit, un médecin administrateur qui règle entrées et sorties sans s'occuper de la santé, assurée par un médecin extérieur qui vient on ne sait jamais quand (impossible pour la famille d'obtenir un rendez vous pour discuter), et fait donc ce qu'il veut (la quantité de médicaments prescrite en EHPAD est phénoménale !, les pharmaciens s'en réjouissent…bon chiffre d'affaire garanti ),

même l'hygiène élémentaire est rarement assurée, les épidémies prospèrent (diarrhées infectieuses, rhumes, gale, etc... ) les vieux sont bousculés : il faut aller vite !

 

Certes on essaye d'organiser des distractions : musique, jardinage pour le mieux, ateliers divers de carton, peinture, etc. sorties pour les plus valides.

Toujours collectif donc pas de personnalisation des activités de chacun.

Tout cela est artificiel et ne peut plaire qu'à ceux qui ont encore quelques facultés cognitives, de plus en plus rares.

 

Les EHPAD s'avèrent des mouroirs pas mieux que les vieux hospices de « dans le temps » tenus souvent par des religieuses qui au moins étaient dévoués pour les vieux, alors que nos aide-soignantes (presque que des femmes) font souvent ce métier par nécessité financière et le détestent, faisant leur tâche par obligation et sans amour (d'ailleurs on leur interdit de « s 'attacher » à leurs vieux ! Parce qu'ils vont mourir ! Et alors ? ).

 

Si vous développez des EHPAD de plus en plus grands comme c'est le cas actuellement, vous verrez qu'ils seront de plus en plus vides…

Alors le rapport financier escompté par les investisseurs sera bien moins bon qu'ils ne le pensent !!!

 

 

IL FAUT FAVORISER ET DÉVELOPPER LES FAMILLES D'ACCUEIL QUI PRENNENT EN CHARGE UNE OU DEUX PERSONNES SEULEMENT.

 

SINON, CRÉER DE PETITES STRUCTURES AVEC 12 PERSONNES MAXIMUM.

 

ET AUTORISER LES VIEUX (VIEILLES PLUS SOUVENT) QUI DEMANDENT UNE AIDE POUR MOURIR À L'OBTENIR DE LEUR MÉDECIN (changer les lois).

Repost 0
Published by jacqueline.salenson
commenter cet article
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 11:27

http://www.genethique.org/fr/des-juges-administratifs-freinent-une-tentative-deuthanasie-par-denutrition-66927.html

 

Il semblerait que le vieil homme ait demandé (disent ses proches) à être nourri artificiellement ce qui, vu son état de santé, semble être de l'obstination déraisonnable… :

cela prolonge une artificiellement quelqu'un qui peut être qualifié de mourant.

 

Mais puisque la loi permet de respecter le vœu de chacun, pourquoi ne pas prolonger cette vie ?

Chacun son choix.

 

Par contre, j'ai remarqué que la personne qui est en train de mourir n'a pas en général la sensation de faim, elle se laisse aller à mourir et ne souffre pas de la faim.

Si de plus elle est endormie pour ne pas ressentir les affres de l'agonie, elle ne sent rien.

Beaucoup de gens imaginent chez d'autres des sensations qu'ils n'ont pas.

 

N'oubliez pas de rédiger vos directives anticipées !!! et de nommer votre personne de confiance.

N'attendez pas la maladie ni l'âge avancé pour cela. On ne sait pas de quoi demain est fait.

Ne laissez pas les autres penser à votre place.

 

AAVIVRE... sa fin de vie

www.aavivre;fr

 

 

Repost 0
Published by jacqueline.salenson
commenter cet article
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 11:13

http://www.libertepolitique.com/Actualite/Editorial/En-marche-pour-la-Vie

 

ATTENTION DANGER !

 

Ces gens là refusent la mort ! Comme si c'était raisonnable…

 

On sait bien que toute vie implique la mort, heureusement sinon il n'y aurait pas de renouvellement ni d'évolution possible.

 

Mais sans doute sont-ils aussi créationnistes ? Contre tout avis scientifique !

 

Des fanatiques qui veulent la vie à n'importe quel prix !

Demandons leur de payer de leur poche les soins déraisonnables pour la collectivité !

 

Ils veulent une médecine folle, soumise à l'industrie pharmaceutique et à tous ceux qui veulent faire des humains des robots, des cadavres vivants (comas éternels ou presque)

 

Ils veulent des « familles » patriarcales soumises à l'autorité du père (ou de la mère ? ) jusqu'à la mort des plus vieux (qu'ils espèrent ne jamais arriver!)

Repost 0
Published by jacqueline.salenson
commenter cet article
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 09:02

http://www.sudouest.fr/2017/01/11/fin-de-vie-les-parents-de-vincent-lambert-portent-plainte-contre-le-chu-3095588-4696.php

 

http://www.francetvinfo.fr/societe/euthanasie/vincent-lambert/les-parents-de-vincent-lambert-portent-a-nouveau-plainte-contre-le-chu-de-reims_2012620.html

 

ils s'acharnent, ils s'acharnent…

 

qui paye tous ces procès ? Leur groupe religieux ?

 

pour leur fils ? NON

Ils n'ont aucun droit sur lui. Il n'est pas leur propriété comme ils semblent le croire.

Il était adulte et indépendant depuis longtemps, sa famille c'est sa femme et leur enfant.

 

Contre leur belle fille ? Sans doute… parce qu'elle aime son mari ? Qu'elle estime qu'il a droit au repos préconisé par les médecins ? (arrêt des soins artificiels et mort douce).

 

Contre tous ceux qui veulent que cessent ces acharnements médicaux insensés, déraisonnables et interdits par la loi actuelle :

pourquoi prolonger une vie artificiellement à coût exorbitant, alors qu'il n'y a aucun espoir de vie normale ensuite (esprit sain sinon corps sain)

 

QUI PORTERA PLAINTE CONTRE CES GENS QUI VEULENT EMPÊCHER L'APPLICATION DE LA LOI ?

Médecins, CHU, ministre de la santé, état ???

 

il serait temps de s'en occuper,

car en attendant

le corps de Vincent est maintenu en vie artificielle alors que son cerveau est mort, donc sans aucun espoir raisonnable,

et à prix d'or, prix que nous payons tous via nos cotisations à la sécurité sociale.

 

 

 

 

Repost 0
Published by jacqueline.salenson
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 14:20

AAVIVRE ... sa fin de vie:

nouveau bureau au 1/1/2017

présidente:                   Annie Babu

administration:            Jacqueline Salenson

moyens (finances):     Jacques André Bizet

actions:                        Mireille Grebonval

garant:                      Pascal Hubert Landa

 

autres administrateurs: Françoise Vincens, Martine Jouclas.

 

Repost 0
Published by jacqueline.salenson
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 08:52

NOUVELLE ADRESSE DU SIEGE SOCIAL DE « AAVIVRE...sa fin de vie »:

Annie BABU

Présidente

3 RUE SAINT CHRISTOPHE

75015 PARIS

Repost 0
Published by jacqueline.salenson
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 08:44

https://www.letemps.ch/suisse/2017/01/04/lessor-tourisme-mort-inquiete-autorites-tessinoises

La polémique reprend contre ces associations suisses qui acceptent d'aider des étrangers pour leur mort demandée suite à des souffrances incurables. Certains voudraient que ce soit interdit. Ils ne se lassent pas de polémiquer et de faire déménager sans cesse ces associations.

 

Il faut savoir que la Suisse n'a pas de législation sur ce sujet, autre que la liberté du suicide, donc la liberté d'y aider, pourvu que cette aide soit sans intérêt particulier.

Interdiction en Suisse de l'euthanasie médicale pour ceux qui n'auraient plus leur conscience, donc inaptes à décider de leur vie et de leur mort.

 

Toutes ces associations facturent évidemment leurs frais :

  • consultations médicales tarif suisse,

  • entretien psychologique avec un professionnel

  • administration (frais de dossier, échange de courrier par rapport au dossier médical et la motivation)

  • et pour la plupart les frais de crémation en Suisse, plus pratique pour emporter ensuite les cendres chez soi, quoique les associations proposent un dépôt des cendres en Suisse, là où la personne l'a demandé.

Ce qui fait un montant d'environ 10000€

Elles facturent un peu plus pour les personnes pouvant payer, de telle sorte qu'elles puissent apporter une aide à ceux qui ont des problèmes financiers auxquels elles peuvent alors faire un rabais.

S'y ajoutent pour la personne et les accompagnants les frais d'au moins 3 jours de séjour en Suisse (hôtel, restaurant) puisque rien ne peut être décidé avant confrontation sur place avec les professionnels, le décès déclaré à l'avance à la police étant filmé et ce film étant immédiatement contrôlé par la police suisse, convoquée vers midi.

Donc évidemment c'est assez cher, et seuls certains peuvent se le payer.

 

C'est pour cela que nous réclamons en France la permission d'aider au suicide dans les conditions de la Suisse : pas d'intérêt au suicide, suicide liberté de chacun, mort demandée suite à des souffrances incurables, contrôle des autorités après la mort pour vérifier que les conditions ont bien été remplies.

Voir AAVIVRE … sa fin de vie.

Repost 0
Published by jacqueline.salenson
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 20:17

déjà 6 ans que je vous livre mes commentaires sur tout ce qui concerne la fin de vie, le système de santé, et quelques idées sur la laïcité ou les droits des femmes

 

déjà 3 ans pour l'association "AAVIVRE... sa fin de vie":

2017, une nouvelle équipe va animer l'association:

 

PRESIDENTE : ANNIE BABU (Guadeloupe et Paris)
 

SECRETARIAT (ADMINISTRATION): JACQUELINE SALENSON (Creuse) et écoute.
 

TRÉSORIER (MOYENS) : JACQUES ANDRÉ BIZET (Calvados)
 

ACTIONS: MIREILLE GREBONVAL (Loire atlantique)

 

Pascal Hubert LANDA reste le garant de l'association.

 

Repost 0
Published by jacqueline.salenson
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 11:47

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1633425-pour-vous-soigner-j-ai-besoin-de-connaitre-votre-vie-deux-histoires-de-reanimation.html

 

 

une belle contribution à tous ceux qui demandent de l'humain d'abord aux médecins,

 

et ils sont nombreux dans un temps où trop de médecins sont devenus des mécaniciens du corps, technocrates peu sensibilisés à l'humain.

 

Oui bien sûr, un médecin a besoin de vous connaître pour vous soigner

Votre médecin habituel vous connaît peut-être, en tout cas vous pouvez lui parler.

 

Mais dans la plupart des cas, le médecin urgentiste ne vous connaît pas.

 

Quels sont les moyens à sa disposition pour remédier à cela ?

 

Deux sont prévus par la loi :

 

  • la personne de confiance qui peut vous représenter jusqu'à participer aux décisions médicales

     

  • les directives anticipées à deux volets :

vous dites comment vous vivez, comment vous voyez votre vie pour qu'elle vous soit acceptable

vous dites ce que vous acceptez et refusez du système de santé public (traitements, soins, opérations, diagnostics, etc. ) en fonction de l'espoir de survie possible (si vous étiez dans le coma, incapable de vous exprimer)

 

 

Tout citoyen responsable devrait écrire ses directives, nommer sa personne de confiance dès 18 ans, sans attendre l'accident, la maladie subite, après il est trop tard (voir les cas des jeunes vincent humbert, vincent lambert et d'autres)

Repost 0
Published by jacqueline.salenson
commenter cet article
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 10:42

NOUS SOUHAITONS QUE 2017 APPORTE LE CALME ET LA COMPREHENSION DES UNS ET DES AUTRES

QUE NOS LOIS NOUS REDONNENT LA LIBERTE D'ETRE, tant dans le système de santé que dans notre vie sociale:

pour que l'accompagnement et l'aide au suicide soit possible dans certains cas

 pour que la non assistance à personne en danger ne confonde pas le fuyard devant un drame avec celui ou celle qui va aider par compassion un autre à mourir selon son voeu, alors qu'il souffre de façon incurable

pour que les lois de santé permettent aux médecins d'aider leurs patients comme eux le souhaitent

que la mort redevienne un événement normal de la vie, contre lequel on ne peut rien, même si on peut prolonger la vie quelquefois et que cette vie reste un plaisir de vivre.

 

 

Repost 0
Published by jacqueline.salenson
commenter cet article

Présentation

  • : jacqueline.salenson.over-blog.com
  • jacqueline.salenson.over-blog.com
  • : lois et santé, fin de vie, mort: pour que les lois permettent enfin aux médecins de respecter les volontés des "patients" dont les demandes d'aide à mourir (euthanasie volontaire) dans certaines conditions, quand l'intéressé estime que sa vie n'est plus digne d'être vécue (agonie, lourd handicap lié ou non à une maladie, incurabilité et souffrances)
  • Contact

Recherche

Liens