Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

la mort serait facile??? la vie à n'importe quel prix?

http://www.genethique.org/fr/pays-bas-leuthanasie-une-solution-de-facilite-qui-seduit-de-plus-en-plus-64470.html#.VlbyfTZdHVI

Comment ose-t-on parler ainsi ? La mort serait une solution de facilité, pour qui ?

Pour les candidats à la mort volontaire ? Sûrement pas,

ce n'est pas chose facile que de renoncer à vivre encore un peu, même en piteux état de santé…

ce n'est pas facile de se dire qu'on ne pourra plus voir ceux qu'on aime, qu'on va les laisser sans nous,

ce n'est pas chose facile que de décider que la mort vaut mieux que les souffrances morales sinon physiques venant d'un état de santé qui ne vous permet plus d'avoir la vie que vous avez toujours mené, qui vous crée des douleurs physiques souvent, sachant que la médecine ne peut pas vous rendre votre santé, que vous êtes incurable, et que vous savez que votre mauvais état de santé va rejaillir sur vos proches, les accablant de difficultés. .

Pour les médecins ? Non, évidemment

Eux qui ont passé leur vie à essayer de soulager les souffrances, de prolonger la vie par des techniques modernes et des médicaments,

non, ce n'est pas facile de laisser l'autre mourir, et de l'aider pour qu'il ne souffre plus.

Non, vivre n'est pas facile, c'est un combat de tous les jours, mais mourir n'est pas facile non plus, pour personne, on aime la vie, même si elle ne nous le rend pas.

Mais il est un moment où on cesse de lutter, où on veut se reposer, c'est l'expression que ma mère employait pour dire qu'elle voulait mourir, elle en avait assez de lutter pour vivre, elle était fatiguée et voulait se reposer. Nul médecin ne l'a écoutée.

Ne pas être malade au sens d'une « bonne » maladie, est-ce être en bonne santé ?

Non, évidemment, pour tout le monde, sauf les médecins ?

Sauf ceux dont l'idée est la vie à n'importe quel prix ?

Qui nient les souffrances morales, souffrance de ne pas être écouté, de ne pas être respecté dans ses idées, qui osent affirmer que toutes les douleurs peuvent s'en aller avec des médicaments, alors que c'est faux évidemment.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article