Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

lettre ouverte aux députés qui ont entravé les discussions le 8 avril sur le texte fin de vie

Le 13 avril 2021

 

Mme SALENSON Jacqueline

75 ans

cancer du sein retiré, lymphocèle suite aux traitements de choc subis

tempérament allergique

douleurs d'arthrose due à l'âge, handicapantes.

Besoin de cures thermales...

militante pour une vie SELON SON CHOIX, jusqu'au bout de la vie.

Ancienne élève de l'ENS Fontenay.

Professeur de maths pendant 30 ans, en France et à Mayotte.

Passionnée depuis toujours de philosophie, psychologie, sociologie.

Bénévole depuis des années pour différentes actions :

planning familial, femmes battues, aide aux scolaires, et depuis 15 ans

accompagnement des fins de vie d'abord avec l'admd que j'ai quittée depuis que son président se comporte comme un gourou, puis en créant l'association AAVivre sa fin de vie avec d'autres, enfin avec « Le Choix, citoyens pour une mort choisie » avec des médecins remarquables, et « Ultime Liberté » plus axée sur la demande de suicide assisté, 8 ans de travail comme représentant des usagers en hôpital.

Il s'agit de :

  • faire connaître la loi dite de santé et de la fin de vie ,

  • faire connaître les différents moyens d'action en cas de difficultés avec un médecin au moment de la fin de vie d'un proche,

  • aider à préparer sa propre fin de vie et à écrire ses directives anticipées en toute connaissance,

  • faire appliquer au mieux la loi actuelle

  • travailler à une future loi qui garde aux personnes jusqu'au bout leur capacité de décision sur leur vie, contrairement à la loi actuelle.

MERCI DE PRENDRE CONNAISSANCE DE MON TEXTE :

adressé à ceux des députés qui ont entravé les débats le 8 avril

et

lettre ouverte sur mon blog.

Messieurs et Mesdames les Député(e)s,

à ceux qui ont empêché les débats efficaces sur un projet de loi longuement étudié et fort timide par ailleurs... par une énorme somme d'amendements déposés...

J'AI APPRIS VOTRE POSITION PAR RAPPORT AU VOTE DE LA LOI D'AIDE À MOURIR QUE VOUS VOULIEZ VOIR REJETER,

sûrs de votre position dominante quoique minoritaire: ne rien lâcher du pouvoir médical allié à Bigpharma (pour résumer) et aux églises, romaine et évangélique américaine principalement.

Les trop nombreuses demandes d'amendement ne permettaient pas de voir le vote fait dans le peu de temps imparti. C'EST LÉGAL MAIS C'EST MALHONNÊTE :

TOUTE PROPOSITION DE LOI NE VENANT PAS DU GOUVERNEMENT PEUT ÊTRE AINSI REJETÉE !

Nous sommes dans un gouvernement autoritaire dans lequel le parlement et le sénat, élus du peuple, bien que grassement payés n'ont presque plus aucun rôle, et qui depuis un an et plusse soumet à la volonté de Bigpharma... La démocratie républicaine est bafouée chaque jour.

Pour quelles raisons ? Idéologiques ? Catholiques ou religieuses ? Finances ?

Venant du principe que seul Dieu ou une puissance supérieure décide de nos vies ?

Et pour celui ou celle qui comme moi n'a pas de convictions religieuses, et pourtant est bien français ? Vous nous rejetez ? Même le Christ ne rejetait pas les incroyants...le Christ avait pitié de ceux qui souffrent.. .

Bien sûr nous savons que l'être humain s'accroche à la vie et que peu d'entre eux sont demandeurs de mort volontaire, même en fin de vie et en souffrances non soulagées :

d'après les pays voisins qui ont cette loi depuis plus de 10 ans cela concerne moins de 3% de ceux qui vont mourir bientôt.

En 2019, il y a eu 613 243 décès en France (Outre mer inclus)— contre 609 648 en 2018 et 606 274 en 2017 — pour une population de 66,89 millions d'habitants soit un taux de mortalité de 9,1 pour 1000, un taux stable sur les 10 dernières années.

667 400 décès en 2020 avec une épidémie pour laquelle on a interdit aux généralistes de soigner avec les moyens du bord... ce qui aurait pu éviter nombre de cas graves.

N'oublions pas que la population est vieillissante et que les générations du babyboom arrivent à la vieillesse (comme moi 75 ans) donc il y aura de plus en plus de mort chaque année sans augmentation en pourcentage en particulier dans la catégorie « plus de 75 ans ».

3% des décès : cela représente quand même environ 18000 personnes qui aujourd'hui n'ont que le droit de souffrir des prolongations médicales de vie contre leur gré.

Car toute vie de malade profite de l'intervention médicale classique de nos jours pour prolonger sa vie, jusqu'à ce que cette intervention relève de l'acharnement et ne soit plus souhaité.

18000 personnes chaque année auxquelles vous voulez imposer votre façon de penser pour une mort lente avec des souffrances incurables,

de quel droit pouvez-vous ainsi disposer de la vie des autres ???

Tout le monde sait que actuellement c'est la Médecine officielle qui décide de nos vies en les prolongeant systématiquement,

  • parfois bien, à notre demande, malgré des souffrances acceptées momentanément pour un mieux espéré ensuite, à tort ou à raison,

  • parfois dans un état de santé tel que nul ne peut souhaiter une telle prolongation de souffrances et/ou de dépendances graves (état dit de « légume » en particulier) malgré les mensonges d'espoir délivrés par des médecins malhonnêtes

  • et aussi contre la volonté des personnes :

    • réanimations en urgence alors que les directives anticipées non lues volontairement portent la mention contraire : ne pas réanimer,

    • prolongations des vies de « légumes » au delà du temps raisonnable au cas où un miracle aurait lieu... qui n'arrive jamais ou presque...

Certains d'entre vous étaient médecins et peut-être comme M Leonetti avez-vous choisi une spécialité qui vous évitait de vous confronter à la fin de vie douloureuse de certains ?

Je ne peux pas penser que vous êtes indifférents à la souffrance des autres...

M Leonetti a déclaré avoir choisi la cardiologie parce que avec le cœur soit on mourrait très vite soit on pouvait « ressusciter » les malades, sans séquelles graves. Il ne supportait pas les horribles souffrances de malades souffrant des intestins ou autre chose. (interview parue dans « la Croix » il y a quelques années) .

Il a tout de fois depuis longtemps préféré la politique à la médecine.

Il a aussi déclaré dans plusieurs conférences que j'ai eu l'honneur de pouvoir suivre (réservée a priori aux médecins et associations d'aide aux malades catholiques, ce que je ne suis pas) pour faire connaître sa loi, avoir évidemment aider à mourir humainement certains malades qui n'en pouvaient plus de leur vie de souffrances , mais sans vouloir accepter l'idée de légiférer là dessus :

  • préférant l'euthanasie clandestine décidée entre médecin et malade, sans contrôle possible

  • à une euthanasie légale et contrôlée...

Hypocrisie criante ! …............ Mais il faut préserver son électorat !

La loi proposée est certes imparfaite et sera soumis à débats houleux comme les lois sur la contraception et l'avortement en leur temps, comme la loi supprimant la peine de mort aussi, avant rédaction définitive du fait même du changement de paradigme que certains refusent :

le patient (malade ou mourant) enfin décideur de sa vie, de sa santé, des soins qu'il accepte ou refuse, de sa façon de mourir lorsque la mort pointe son nez, s'il le souhaite, le demande par ses directives anticipées écrites ou exprimées oralement devant témoins si possible.

Un patient peut demander de l'aide pour mourir vite et bien

et un autre demander au contraire des prolongations même au prix de sa souffrance.

Chacun.e doit être respecté.e ! ce qui n'est pas le cas actuellement.

AUCUNE ÉGALITÉ DANS LA FAÇON DE MOURIR :

  • Si vous êtes riche vous pourrez aller en Suisse pour un suicide assisté

  • Si vous avez des connaissances, vous pourrez demander asile à la Belgique pour mourir selon votre choix.

  • Si vous connaissez des médecins bienveillants, en France, vous pourrez passer outre aux règlements et profiter d'une euthanasie clandestine ou d'une aide au suicide.

  • Sinon, vous supporterez une fin de vie plus ou moins pénible, sans que vous ayez votre mot à dire. Les services de soins palliatifs obligatoires pour ces soins hospitaliers sont a priori opposés à toute demande d'aide à mourir, et refusent même de les entendre. Ils mentent constamment en disant que chez eux nul ne souffre, contrairement à mon expérience et celle de bien d'autres personnes.

Il est anormal que les soins palliatifs ne puissent pas être donnés à domicile par le généraliste qui connaît bien son patient client, sans passer par l'hôpital.

Je connais plusieurs personnes mortes de souffrances horribles avec des soins palliatif sà domicile, mais leur fin a commencé le samedi matin, le temps de faire la liaison avec l'hôpital, ils ont hurlé de souffrances tout le WE avant qu'on ne vienne les sédater trop tard, ils étaient morts..

Ensuite selon la maladie et la personne, certains sont très satisfaits des soins palliatifs qui devraient être accessibles à tous, en particulier via les médecins généralistes.

La mort est un phénomène naturel qui ne doit pas être considéré comme une spécialité : elle est commune à tous les vivants, pas seulement humains.

Il est lamentable de constater qu'on traite mieux de ce côté là nos animaux domestiques que les humains, en leur permettant une mort douce et rapide, sans souffrances.

Et eux ne donnent pas leur avis, contrairement à l'humain qui peut choisir. .

AVEC L'ÉPIDÉMIE DE COVID COMME PRÉTEXTE,

nous vivons actuellement UNE FOLIE COLLECTIVE D'ASSUJETTISSEMENT AUX LABOS DE PHARMACIE étrangers qui fabriquent à grands frais un vaccin ou un autre, pas plus sûrs les uns que les autres.

ASSUJETTISSEMENT AU POUVOIR EXÉCUTIF ÉGALEMENT, qui devient trop autoritaire :

  • L'état d'urgence décrété a supprimé nombre de libertés :

liberté de se déplacer, liberté de rencontres, liberté de travailler (tant d'emplois supprimés par la fermeture de tant de petites entreprises ou commerces) ,

  • interdit la transmission du savoir : écoles et facs fermées tous lieux de culture fermés...

  • interdit le droit de se réunir entre amis ou famille de plus de 6 personnes !

  • interdit de ce fait tout rassemblement ...

On ne parle dans les medias que des morts du covid, tous les jours et à toute heure, c'est un lavage de cerveau !

On ne parle que de ces vaccins ruineux qui n'arrivent pas, qui posent des problèmes, mais on voudrait vacciner tout le monde de façon obligatoire... alors qu'on nous dit que le vaccin ne protège pas de la maladie ni de la contamination... alors il sert à quoi ?

Morts pas si nombreux – leur nombre est artificiellement gonflé du fait des primes pour cas covid déclaré - mais en évitant les comparaisons, çà fait peur à beaucoup de gens qu'on manipule ainsi facilement en détruisant la République et ses libertés.

IL EST ANORMAL QU'ON AIT INTERDIT AUX GÉNÉRALISTES L'EMPLOI DE MÉDICAMENTS CLASSIQUES APTES À LUTTER CONTRE CETTE INFECTION, médicaments certes pas miraculeux, mais plus efficaces à coup sûr que le simple doliprane recommandé par les autorités... et qui auraient évité nombre d'hospitalisations...

ON OUBLIE TOUTES LES AUTRES MORTS suite à des maladies qu'on ne peut plus soigner actuellement...

Dramatique :

On interdit aux vieux des ehpad et autres toute visite affective : ils meurent de chagrin !

On interdit aux familles de suivre les enterrements...

Tout est axé sur les malades du covid et même sur ceux qui sont testés positifs mais ne sont pas malades (la grande majorité!) ...

Mais :

ON CONTINUE DE FERMER DES LITS HOSPITALIERS.

ON MANQUE DE MÉDECINS ET D'INFIRMIER.E.S À TOUS LES NIVEAUX

MAIS ON NE RECRUTE PAS.

Ou est la logique démocratique républicaine ? Disparue...

 

 

Article précédent
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article