Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 08:39

~~http://carolegouye.over-blog.com/2015/04/au-secours-meme-la-loi-leonetti-rejettee-dans-des-maisons-de-retraite.html

Les maisons de retraite devenues EHPAD, même médicalisées, ne sont toujours pas soumises aux lois des hôpitaux: chaque résident y a son propre médecin.

Le médecin lié à la maison de retraite (lorsqu'il y en a un: chez ma mère, pas de médecin depuis très longtemps: ils n'en trouvent pas!) est un administratif: médecin coordonnateur, médiateur, que certes certains résidents peuvent élire leur médecin référent, par défaut, mais sans obligation aucune.

Il n'existe pas de représentants des usagers en EHPAD, même lorsque l'EHPAD est joint à un hôpital de soins, les représentants des usagers de l'hôpital n'ont aucun impact sur la résidence EHPAD, qui ne dépend pas de l'ARS.

Donc qu'un directeur bloque sur une information légiste (droits des malades) parce qu'elle est signée admd ne montre que son opposition à la publicité pour l'admd, pas forcément son opposition à la loi même.

Il peut craindre des plaintes de la part de résidents, choqués de cette publicité.

les EHPAD essaient de faire oublier que ce ne sont que des mouroirs, que la mort est la fin du séjour. Alors qu'un document le rappelle peut les gêner.

Pour moi, je n'ai eu aucune difficulté à mettre dans le salon d'accueil de l'EHPAD les doc "droits des malades" de l'admd, il y a 3 ans. Depuis j'ai quitté l'admd et les directeurs ont défilé, avec de grandes vacances. Je n'ai pas repris la diffusion de la loi Leonetti pour le moment à l'EHPAD.

Je suis écoeurée de ces établissements qui ne s'attachent qu'aux techniques et pas à l'humain. On paie très cher pour des améliorations hôtelières (hôtels de luxe) mais rien pour un personnel qui entoure les personnes de leur présence, juste des distributeurs de médicaments et des femmes de ménage, et de service à table.

Quand j'ai signalé que ma mère avait dans ses directives refusé tout appareillage, son médecin m'a dit que ce n'était pas valide puisqu'elle n'était pas en soins palliatifs de fin de vie qu'elle assimile apparemment à l'agonie de dernière heure (elle l'a hydraté artificiellement les 3 jours de Pâques, parce qu'elle avait de la fièvre et qu'il n'y a pas de personnel suffisant pour lui donner à boire!: 2 aide-soignantes pour 80 personnes !)

Que faire pour lui faire entendre raison ? Et ce à 100km de distance ? … rien... pour elle, les directives anticipées ne sont valides qu'au moment de l'agonie … pourtant, ma mère est déjà depuis longtemps incapable de s'exprimer raisonnablement.

Ma mère subit donc les principes de son médecin, contre sa volonté. (elle a plus de 100 ans et vit en vie très réduite : plus de mémoire, aucune compréhension de la parole, elle ne parle presque plus, (mais pour dire quoi ? ) marche difficile.

L'EHPAD trouve qu'elle ne mange pas assez (aucune activité possible pour elle) et persiste à vouloir lui faire avaler des produits protéinés qu'elle déteste, pour la maintenir dans cette vie le plus longtemps possible, malgré sa volonté écrite contraire.

Pourtant le seul plaisir qui lui reste est de manger ce qu'elle aime. Plaisir interdit.

Partager cet article

Repost 0
Published by jacqueline.salenson
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : jacqueline.salenson.over-blog.com
  • jacqueline.salenson.over-blog.com
  • : lois et santé, fin de vie, mort: pour que les lois permettent enfin aux médecins de respecter les volontés des "patients" dont les demandes d'aide à mourir (euthanasie volontaire) dans certaines conditions, quand l'intéressé estime que sa vie n'est plus digne d'être vécue (agonie, lourd handicap lié ou non à une maladie, incurabilité et souffrances)
  • Contact

Recherche

Liens