Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.jacqueline.salenson.fr

www.jacqueline.salenson.fr

QUESTIONS DE VIE ET DE MORT, DROIT AU SUICIDE ACCOMPAGNE LOIS DU SYSTEME DE SANTÉ QUANT A LA FIN DE LA VIE/ pour que les lois permettent enfin aux médecins de RESPECTER les volontés de tous les citoyens quant à leur vie, leur santé, leur mort, exprimées dans leurs DIRECTIVES ANTICIPEES avec leur PERSONNE DE CONFIANCE nommée par écrit, Y COMPRIS en cas de DEMANDE D'INTERRUPTION DE VIE VOLONTAIRE, en fin de vie, avec "le choix" et "Ultime Liberté"

liberté du suicide!

https://www.francetvinfo.fr/societe/euthanasie/fin-de-vie-la-loi-doit-elle-donner-vraiment-le-choix_2780599.html

À chaque mouvement, une douleur. Michelle François est atteinte d’une maladie dégénérative qui la paralyse peu à peu. Ne supportant ni la morphine ni la cortisone, elle vit un enfer.

"C'est épuisant de souffrir en permanence", confie-t-elle.

Michelle François peut encore marcher, mais pour combien de temps ? Avec son corps qui l’abandonne, c’est son univers qui rétrécit. Difficile à supporter quand on a seulement 64 ans et qu’on a toujours été très active.

"Ce n'est pas une vie, regrette-t-elle. Je végète. Je regarde les autres vivre."

Elle réclame une mort choisie

Depuis deux ans, une infirmière vient chaque matin en visite.

Elle vérifie que tout va bien, mais surtout elle gère les médicaments.

Il y a deux ans, à bout de force, Michelle a fait une tentative de suicide en avalant des cachets. Depuis, elle est sous surveillance.

DE QUEL DROIT VEUT-ON NOUS OBLIGER A VIVRE UNE VIE DE SOUFFRANCES

MORALES ET PHYSIQUES ?

POURQUOI NE PAS LAISSER CETTE DAME MOURIR ?

Et prendre les médicaments qu’elle veut… ou autre chose selon ses possibilités…

AUTANT DIRE QU’ON LUI INTERDIT LE SUICIDE, de quel droit ?

LIBERTÉ POURTANT RÉPUBLICAINE : LE SUICIDE N’EST PAS UN DÉLIT.

ON L’OBLIGE À VOIR UN MÉDECIN, À PRENDRE LES DROGUES PRESCRITES,

et pas d’autres,

AU BÉNÉFICE DE QUI ?

SÛREMENT PAS POUR ELLE QUI VEUT MOURIR… plutôt que de vivre la vie de douleurs incurables qu’elle a chaque jour, chaque heure…

ALORS À QUI ÇÀ PROFITE ?

À tout le système de santé officiel et obligatoire, hors la sécurité sociale évidemment, c’est-à-dire nous !

La loi autorise la sédation profonde jusqu’au décès, mais uniquement pour les personnes en toute fin de vie. Michelle n’est pas concernée. Elle réclame pourtant cette mort choisie.

Et on la comprend, qu’on la laisse au moins se suicider en douceur avec des produits qui vont l’endormir pour toujours.

 

 

 

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article